Manquer la cible
John Howe (Traduction par Fabien Chabreuil)

Le conte, intitulé "Pas de temps à perdre", est extrait de Les plaisanteries de l'incroyable Mulla Nasrudin d'Idries Shah [Note du traducteur : Éditions Le Courrier du Livre, 1982] :

Nasrudin avait rendez-vous dans une ville voisine, et il y courait, entièrement nu. On lui en demanda la raison. "J'étais tellement pressé de m'habiller que j'en ai oublié mes vêtements."

Dans cet essai je vais décrire le processus qui m'a permis de découvrir mon type et les leçons que j'en ai tirées et qui ont transformé ma vie.

J'ai été convaincu d'appartenir au type 1 de l'Ennéagramme après avoir lu Personality Types de Riso et The Enneagram de Palmer. J'étais stupéfié par les découvertes que me permettaient les descriptions des types : c'est comme si elles avaient été écrites spécialement pour moi. Une amie m'avait fait connaître l'Ennéagramme et elle me confirma mon type. J'étais transporté de joie en vivant le "Aha !", ce moment magique de découverte de son type dans l'Ennéagramme. Enfin, je pouvais me comprendre et expliquer mon comportement.

Pendant des années, j'avais enregistré des observations et accumulé des informations sur mon fonctionnement ; mes notes remplissaient un classeur de plus de deux centimètres et demi d'épaisseur. On aurait dit une collection disparate de traits, sans aucun thème pour les relier, mais maintenant l'Ennéagramme m'avait donné une structure et l'image était claire.

Après avoir lu de nombreux livres sur l'Ennéagramme, celui-ci était devenu mon système de croyances et ma religion. Connaître mon type dans l'Ennéagramme avait donné un sens et une signification qui manquaient à ma vie. Le travail de ma vie était de transcender ma fausse personnalité en étant présent et en travaillant sur les aspects malsains de mon type 1 par réduction de mon ego.

Je participais à des cours sur l'Ennéagramme, y compris un atelier consacré exclusivement au type 1. J'étais devenu un type 1 exemplaire. Je participais à des panels et étais interviewé sur ma fixation. Je voulus alors devenir moi-même un enseignant de l'Ennéagramme. Je voulais approfondir mon étude de l'Ennéagramme et aider les autres à l'apprendre. Aussi je m'inscrivis dans un programme de formation d'enseignant professionnel.

Peu de temps avant la formation, je participais à une réunion d'un groupe animé par Mel Risman dans sa maison de Berkeley. Mel et d'autres membres du groupe me dirent que je n'étais pas un type 1, mais un type 6. Je résistais fortement à cette idée et argumentais en faveur de ma fixation de 1. Durant le débat qui suivit, je me mis en colère et fus agressif verbalement. Certains membres du groupe furent bouleversés et pleurèrent. Je partis.

Ma tête tournait et j'étais assommé. Pouvait-il en être ainsi ? Je me rappelais une participation à un panel où un des membres du public avait dit : « Vous paraissez très mental pour un type 1. » Je me souvenais avoir été le seul à ne pas participer aux exercices de mouvement lors du séminaire de Beverly Sorensen pour les types 1. Je ne comprenais pas réellement la fixation du 6. Je n'avais pas consacré à son étude la moitié de l'énergie que j'avais investie dans le 1 et je ne connaissais pas beaucoup de 6.

Ma résistance était trop forte, et je retournais sans cesse aux preuves de mon type 1 que j'avais construites en faisant correspondre les traits connus du type avec les observations de mon comportement. J'étais tellement investi émotionnellement dans le fait appartenir au type 1 que je ne pouvais pas avoir l'esprit ouvert et considérer les alternatives possibles. J'essayais de me rassurer en passant des tests qui tous indiquaient une fixation de 1.

L'Ennéagramme avait été mon sujet d'intérêt principal au cours de la dernière année. Était-il possible que j'ai consacré tant de temps et de réflexion pour arriver à une conclusion erronée ? Comme il serait affreusement embarrassant d'avoir aidé les autres à déterminer leur type si je m'étais trompé sur le mien ! Je commençais à me sentir détruit.

Je restais pendant trois jours dans un état de confusion. Puis je réalisais que si je m'étais trompé à propos de mon type dans l'Ennéagramme, alors je pouvais m'être trompé à propos de beaucoup d'autres choses. C'était à cela que je résistais : l'acceptation des limites de mon esprit et de l'étendue de mon ignorance. Ma fierté était détruite et ma sécurité menacée, non seulement parce que je m'étais trompé dans l'identification de mon type mais parce que je devais admettre que j'étais faillible. J'étais concerné par ce que les autres pourraient penser de moi, mais j'étais plus encore effrayé par le jugement sans indulgence que je porterais sur moi-même.

J'ai commencé à comprendre comment j'avais mal cartographié mon comportement sur les traits du type 1. J'avais pris à tort ma réactivité agressive pour de la colère, mon scepticisme et ma rébellion pour de la critique, et mon doute pour un esprit critique. Ce que je pensais être le perfectionnisme du type 1 était en fait une peur des erreurs renforcée par un besoin ardent de certitude.

Comme je comprenais mieux la fixation du 6, j'identifiais ma volatilité émotionnelle, mes sentiments d'infériorité et l'anxiété qui, comme l'air que je respire, est en permanence autour de moi sans que je la remarque. L'anxiété me poussait à résoudre rapidement l'ambiguïté et l'incertitude, par exemple en voulant trouver tout de suite mon type…

J'avais remarqué au cours de mes méditations que même des pensées aléatoires pouvaient faire surgir des émotions et que ces émotions motivaient mon comportement, particulièrement si je n'étais pas présent. Quand j'avais observé et enregistré mon comportement, je n'avais pas examiné les motivations sous-jacentes. Je devais creuser plus profondément. Je m'étais vu moi-même comme un jeune homme coléreux mais je n'avais pas remarqué que la rage était causée par la peur. C'est un moment effrayant quand vous réalisez que vous vivez constamment dans la peur et que vous ne vous en rendiez pas compte.

Une des pires choses quand vous réalisez que vous vous êtes trompé de type dans l'Ennéagramme est le passage de la fantaisie à la réalité. Je pensais que j'étais ce type 1 incroyablement sain : « Bien, je dois être presque illuminé parce que je ne souffre de quasiment aucun des aspects négatifs du 1. » La réalité était moins séduisante et signifiait que je devais accepter les traits déplaisants du type 6 que j'avais niés jusqu'ici.

Je me sentais tellement stupide de m'être mal identifié dans l'Ennéagramme que je me retirais presque complètement de la formation professionnelle. Comment est-ce que je pouvais enseigner l'Ennéagramme si je n'étais même pas capable de déterminer mon propre type ? Je participais à la formation, mais mes ambitions étaient maintenant plus personnelles que tournées vers l'enseignement. À la première occasion, j'expliquais le processus douloureux de mon erreur d'identification. Dix autres participants étaient dans la même situation. Cinq d'entre eux avaient changé leur type durant la semaine ! Cela me fit me sentir un peu moins idiot. À chaque stage, formation ou groupe auquel j'ai participé, quelqu'un a changé de type. Pendant un temps, je soupçonnais que je les avais influencés, puis je réalisais que cela arrivait tout temps, particulièrement à ceux qui apprenaient l'Ennéagramme dans des livres ou avec une connaissance.

Selon Naranjo dans Character and Neurosis (p. 228), les 1 et les 6 contre-phobiques peuvent beaucoup se ressembler. Naranjo dit que le 6 contre-phobique est représenté dans le MBTI par le type ENTJ (p. 229). Mon type dans le MBTI est ENTJ.

Je me mets en colère souvent et rapidement, aussi j'avais supposé que je devais appartenir à un type coléreux. Il était beaucoup plus difficile de voir le flash de peur qui précédait l'explosion de colère. Cela arrivait si rapidement que je n'avais pas le temps de l'observer.

Il y avait pourtant un indice dans la nature de ma colère qui, à son pire, pouvait être une explosion agressive d'insultes haineuses et de menaces furieuses. Les menaces manifestaient le fait que j'étais sur la défensive. Elles étaient un moyen d'avertir les autres et d'éviter la répétition de toute situation qui me dérangeait. C'était comme un chien de garde qui gronde et qui montre les dents. La colère du 1 a une qualité différente, peut-être moins ardente.

À cette époque, j'ai lu, dans In Search of the Miraculous d'Ouspensky, que Gurdjieff disait que pour être dans le « Travail » une personne devait avoir un enseignant parce qu'elle ne pouvait pas s'observer elle-même objectivement. Cela m'a aidé à comprendre comment jamais pu faire une telle erreur, et je me suis senti reconnaissant d'avoir un enseignant expérimenté et un groupe de soutien qui m'aidait dans le processus. Mel Risman m'a aidé à développer une conscience de mes émotions et à clarifier ma pensée confuse. Il avait même un mot pour ma colère basée sur la peur : « polère ».

Mon expérience de mauvaise identification de mon type ne peut pas être généralisée. Chaque type et chaque personne suivent un processus unique. Certaines choses sont spécifiques à un type ; par exemple, il était important pour moi de « savoir » et d'être capable d'expliquer mon fonctionnement intérieur. En tant que personne 6, il m'était difficile d'abandonner la sécurité que me procurait cette certitude apparente de savoir.

Cela ne m'a causé aucun tort de travailler sur la fixation du type 1, mais simplement j'ai fait peu de progrès. Travailler sur des problèmes que je n'avais pas, tout en ignorant les problèmes réels, était une forme de stagnation. Je ne regrette pas les mois que j'ai passés à travailler sur les problèmes du type 1. En fait, le processus de mauvaise identification de mon type a eu une valeur immense, non seulement à cause des compétences et de la plus grande connaissance de soi que j'ai acquises, mais comme une leçon d'humilité.

Je ne prends plus autant au sérieux mes théories et mes idées favorites. Une croyance est juste une croyance. J'essaye de ne pas présenter mes opinions comme des faits évidents. Je sais que si je mets ma main dans de l'eau bouillante, cela me blessera ; mais au-delà de telles vérités expérimentales, je suis circonspect devant le savoir théorique parce que je comprends mieux les limites mon propre esprit et l'importance de l'attention émotionnelle.

À plusieurs occasions, j'ai failli écrire un article à propos de mon processus de définition de mon type et de ce que j'en ai appris, mais chaque fois j'ai trouvé des excuses pour ne pas écrire. Quelques années ont maintenant passé et ma résistance est balayée par mon désir d'encourager ceux qui ne se sentent pas à l'aise avec leur type à trouver un enseignant expérimenté et de rappeler à ceux qui se sentent mal à propos d'une expérience de mauvaise identification de leur type qu'il n'y a pas d'erreur dans la vie, uniquement des leçons à apprendre.

__________

John F. Howe, MBA est un consultant en entreprise et un enseignant certifié de l'Ennéagramme. Originaire de Grande-Bretagne, il a récemment déménagé de San Francisco à Durham en Caroline du Nord. Il peut être joint par e-mail à john@knowhowe.com ou par téléphone à +1 (919) 384-0007.