Travail personnel sur les rêves et type
Felice Meltzer (Traduction par Fabien Chabreuil)

J'avais étudié l'Ennéagramme pendant de nombreuses années et je m'étais définie comme de type 2 ; pourtant, je continuais à penser que quelque chose manquait, que quelque chose ne collait pas. Ce sentiment, comme il s'est avéré par la suite, était un indice, mais j'étais comme un poisson trop immergé dans l'eau pour pouvoir l'observer. J'ai passé beaucoup de temps à discuter avec des amis et des collègues connaissant l'Ennéagramme, à lire tout ce qui me tombait sous la main et à essayer de m'observer, tout cela sans grand succès. Un jour, j'ai réalisé que pour aller au cœur du problème, je devais trouver une autre méthode, moins cognitive. J'ai espéré que les biais et les dénis de ma personnalité s'exerceraient avec moins de puissance dans mes rêves et que je pourrais ainsi contourner les limitations de ma pensée. Aussi, j'ai commencé à interroger mes rêves dans une double perspective :

  1. Quels étaient les principaux thèmes qui apparaissaient dans mes rêves ?
  2. Quels types étaient compatibles avec les conflits et les motivations qui s'y manifestaient ?

Peu à peu, des motifs répétitifs d'attention et de comportement sont apparus dans mes rêves. En écrivant à propos de ces rêves et des interprétations que j'en ai faites, j'espère faire comprendre de nouvelles choses sur le point de vue du 4. Pour rester aussi simple que possible, j'ai choisi d'utiliser le pronom "Je" quand je décris les rêves afin d'être congruente avec l'expérience que j'ai vécue. Quand je les interprète, je passe au pronom "Elle" pour indiquer le changement d'un état d'expérience directe du rêve à une position qui est plus celle d'un "témoin". Ces allers et retours entre l'expérience intérieure directe (subjective) et son analyse (objective) ont été déterminants dans mon processus de découverte et de compréhension de mon fonctionnement.

* * *

Voici le premier rêve sur lequel j'ai travaillé :

Les constructeurs viennent juste de terminer ma nouvelle maison, un cottage petit et modeste, rien de tapageur. La maison est très naturelle, avec des pièces de bois visibles, particulièrement les poutres et il y a des fils électriques qui pendent. Mon ex-petit ami et moi sommes dans le living-cuisine qui est un simple espace ouvert avec un plafond non fini et rugueux. Quelqu'un m'a montré comment brancher un téléphone sur un des fils qui pendent. C'est un système ingénieux qui entoure le fil. Je décide que mon premier appel depuis ma nouvelle maison sera pour ma mère ; je compose le numéro mais je passe le téléphone à mon ex-petit ami qui lui parle pendant quelques minutes d'une manière amicale et détendue. Pendant ce temps, je jette un coup d'œil ici et là, puis je le regarde et soudain je réalise que ce n'est pas notre maison mais la mienne. Je réalise que je l'ai payée et conçue et qu'elle m'appartient véritablement. Je comprends aussi, avec tristesse, qu'il ne peut pas vivre ici et qu'il doit partir ; aussi je me mets à pleurer bruyamment. Curieusement, les pleurs sonnent un peu comme un rire, particulièrement au téléphone, et comme je ne veux pas que ma mère s'inquiète, je suis heureuse qu'il soit difficile de faire la différence. Alors il commence à pleurer aussi et je lui demande de dire à ma mère que je la rappellerai, que je ne peux pas lui parler maintenant, ce qu'il fait d'une manière drôle et amusante en disant : "Je sais que c'est nous qui vous avons appelée, mais je crois que nous devrons rappeler une autre fois…"

Fin du rêve.

Ce qui manque

Dans le rêve, la plus importante structure, la nouvelle maison, est inachevée : murs non terminés, pas de meubles, etc. Ce sont des choses qui manquent, ce qui est bien évidemment l'objet de l'attention d'un 4.

Connexion authentique

Dans ce rêve, elle se révèle : elle délègue à un autre le pouvoir de se relier à sa sagesse intérieure quand elle donne le téléphone, ce qui est un moyen "ingénieux" de se connecter. Ce n'est pas le pouvoir que l'on a "sur" quelqu'un d'autre, mais le pouvoir du 4 d'être connecté profondément et authentiquement. Cela peut aussi avoir un lien avec le mouvement sous stress du 4 vers le 2 car elle essaye de plaire à la fois à sa mère et à son ancien petit ami.

Le piège de l'originalité

Le chemin vers la vérité pour un 4 passe par l'appréciation de ce qui est ordinaire, symbolisé par le caractère très simple et naturel de la maison (l'essence est la vraie maison d'une personne). De nombreux 4 tombent dans le piège d'une apparence "voyante" pour masquer un sentiment de déficience intérieure.

Connexion originelle

Le rêve parle de l'importance pour la rêveuse de rentrer en elle-même. Ici, elle apprend qu'elle ne doit pas se trahir pour une relation amoureuse et, mêlé à sa tristesse (envie et mélancolie) à ce propos, il y a un aperçu de la joie "cachée" qu'elle ressentira si elle reste sur sa propre voie. Ceci est symbolisé dans le rêve par l'impossibilité de distinguer les larmes du rire.

* * *

Un autre rêve soulève quelques-uns des autres problèmes contraignants du 4 :

Je suis avec mon ex-petit ami dans son appartement, où je suis allée discuter avec lui. Je suis assise sur le sofa et il est debout : il est retenu et calme. Je deviens très émotionnelle quand j'essaye de lui expliquer ce que je ressens à propos de notre rupture et il se penche pour toucher mes cheveux et je deviens alors totalement hystérique et commence à crier : "Ne me touche pas !" Bien que je n'aie pas réellement envie de le repousser, je dois le faire parce que la douleur est atroce. Alors sa nouvelle compagne entre depuis une autre pièce et il lui dit "Bonjour chérie." et ils s'apprêtent à sortir ensemble. Elle est belle, plutôt jeune et très petite, peut-être une tête de moins que lui, avec de longs cheveux bouclés brun clair. Il est très doux avec elle, il met son bras autour d'elle d'une manière protectrice alors qu'ils sortent dans le couloir. Je cours après elle, mes yeux sont bouffis et j'ai l'air d'une démente.

Paniquée, je lui demande son nom. Elle lui jette un coup d'œil et il recule un petit peu pendant que je crie après elle et elle répond "Carole." ce qui me rend complètement folle de rage parce que je pense que je la connais et je dis "Carole QUI ?" et elle commence à essayer de me mentir et dit en cherchant ses mots "Fix, hmm… Carole Fix." mais ils rient tous les deux parce qu'elle est en train de mentir et soudain je réalise cela et je lui dis : "Il va vous faire la même chose qu'aux autres : il se sert des femmes, puis il les jette quand elles cessent de l'intéresser." Mais bien sûr, elle ne me croit pas.

Fin du rêve.

Fixation

Je crois que ce rêve décrit la souffrance que créent toutes les fixations et, d'une certaine manière, il est l'opposé du premier rêve. Au tout début du rêve, nous découvrons que la rêveuse n'est pas dans sa maison, mais dans l'appartement de son ex-ami. Cela est lié à la fixation de l'envie parce que, dès le début, le caractère principal éprouve la douleur de la séparation, puisqu'elle ne vit pas dans son propre centre qui est la seule position dans laquelle elle peut faire l'expérience de l'amour. Elle s'est abandonnée elle-même. Il est intéressant que le faux nom de l'autre personnage soit Fix ! [Note du traducteur : il y a là un jeu de mots intraduisible. "Fix" est le début du mot fixation et signifie aussi une réparation un peu sommaire et le pétrin dans lequel on se fourre parfois.]

Le problème de la compétition (sous-type intimité)

On a ici le scénario typiquement 4 de deux femmes en compétition pour obtenir l'affection d'un homme. Il y a aussi le choix subtil de l'ex-petit ami pour le rôle principal, exagérant à nouveau le thème de la perte et de l'abandon.

Variété et intensité émotionnelles

Le caractère principal est décrit comme dément et ayant les yeux bouffis. Elle semble se considérer elle-même comme trop émotionnelle, anormale et folle.

Le problème relationnel "Attirer-Repousser"

Le rêve montre le mélange intense d'émotions ressenties à propos d'un être aimé tout puissant (l'ex-petit ami relaxé et calme dans le rôle de l'Autre tant désiré) et de l'incapacité à accueillir son amour. Elle désire profondément recevoir sa tendresse, mais elle en est incapable parce qu'elle est tellement piégée dans sa souffrance.

Idéalisation

La rêveuse est sa propre victime en se comparant sans cesse à un Soi idéalisé et en échouant toujours à atteindre cet idéal.

Abandon

L'ex-petit ami la quitte pour l'autre femme qui est "mieux", plus jeune, plus jolie, etc.

* * *

Un autre rêve…

C'est le jour de mes noces et je suis en train de m'habiller dans la chambre de la mariée. Je porte une belle robe blanche et ma mère m'apporte une cape bleue avec un capuchon qui doit être portée par-dessus la robe et elle se tracasse en essayant de la faire tomber bien droite et cela commence à m'ennuyer et finalement je l'enlève. Mais alors je me retrouve en train de porter un autre vêtement bleu qu'elle a amené pour le mettre par-dessus la robe et qui se révèle être un imperméable fait de plastique bleu. Je finis par l'enlever aussi. Alors ma mère dit qu'elle va chercher mon voile mais pour cela elle doit prendre l'ascenseur vers un autre étage du bâtiment ce qui prend un certain temps. Chaque fois que j'enlève quelque chose, elle insiste compulsivement pour l'accrocher soigneusement sur un cintre et pour aller le ranger dans un placard éloigné ce qui m'empêche d'essayer librement les vêtements à cause de la difficulté à les prendre et à les ranger.

Pendant ce temps, mon fiancé (le même ex-petit ami !) attend près de l'autel et le reste de la noce a déjà descendu l'allée centrale et maintenant il y a un problème d'horaires parce que j'attends toujours le voile. Je crains qu'il ne m'attende pas et finalement la cérémonie n'a pas lieu.

Dans une scène suivante, lui et moi sommes couchés ensemble, habillés de nos vêtements de ville. Nous nous embrassons et il dit "Je t'aime vraiment." et je lui dis "C'est merveilleux. Cela veut dire que tout va aller bien maintenant" et il dit "Oui, mais pas forcément de la façon à laquelle tu penses ! Mais je veux que tu saches cela, je t'aime vraiment profondément, mais cela ne veut pas dire ce que tu crois." Je me sens si bien allongée comme cela à côté de lui, si confortable. J'aime la façon dont nos corps s'adaptent naturellement l'un à l'autre.

Fin du rêve.

Perte et vanité

En attachant trop d'importance aux apparences, en faisant des histoires avec les couches de vêtements, elle finit par manquer la cérémonie et il y a un sentiment de frustration et d'anxiété en se demandant si le fiancé va l'attendre.

Être vue

La rêveuse veut que la beauté et la pureté de la robe de mariée soit vue sans rien qui la dissimule, sans rien qui la recouvre, surtout pas quelque chose en plastique.

Recherche d'authenticité

L'image de ces couches bleues ôtées les unes après les autres est un symbole fort. Mes associations sur le sujet sont : me débarrasser de ce qui pèse, m'exposer plus, vouloir montrer ce qu'il y a de brillant en moi (la robe blanche qui est dessous). Pour moi, la couleur bleue est aussi associée à la tristesse (le "blues") et à la difficulté qu'ont les 4 à laisser la tristesse derrière eux : quand elle retire un manteau, il y en a un autre dessous plus épais et en plastique. Le second manteau est très mystérieux parce qu'elle se retrouve en train de le porter sans savoir comment il est arrivé là.

Amour et Être

Finalement dans la dernière scène, elle éprouve un véritable amour sans artifice : il n'y a pas eu de cérémonie de mariage, pas eu de vêtements fantaisistes. La rêveuse fait une expérience de l'Essence en étant relaxée, sans effort, sans formalisme et sans affectation. Pas de fioritures, rien de "spécial", simplement une expérience d'être, en portant des vêtements de ville ordinaire, sans grands feux d'artifice. La vie est devenue satisfaisante et simple en lâchant les idées sur comment les choses devraient être et en vivant le moment présent.

Empêcher l'union

Tous les retards dans le rêve qui empêchent la cérémonie montrent de manière saisissante comment la passion d'envie s'auto-entretient. Les nombreuses excuses pour être en retard créent une distance, un état d'insatisfaction, puis un violent désir d'être entière et complète, et le cycle se répète.

* * *

En résumé, j'ai trouvé que mes rêves constituaient une mine d'informations dont je pouvais extraire des trésors de vérité à propos de mes habitudes inconscientes de pensée et de cœur. Je crois que travailler ainsi avec ses rêves peut être extrêmement utile pour quiconque a lutté avec le caractère évasif de la véritable observation de soi.

__________

Felice Meltzer est un enseignant de l'Ennéagramme, certifié par Helen Palmer dans la Tradition Orale. Elle utilise actuellement l'improvisation théâtrale comme moyen d'une plus grande découverte de soi. Elle reçoit avec plaisir vos réactions et vos messages à felice@aztec.asu.edu.