Inné et acquis : comment devient-on d'un type ?
David Daniels (Traduction par Fabien Chabreuil)

Ceci est un extrait du livre de Clarence Thomson, Enneagram Applications, à paraître cet été chez Metamorphous Press. Enneagram Applications est une compilation complétée de chapitres inédits des meilleurs articles parus dans la revue Enneagram Educator au cours de ses huit années d'existence.

D'où vient notre type dans l'Ennéagramme ? Est-il inné (dû à notre hérédité) ou acquis (dû à notre environnement) ? La réponse à ces questions a d'énormes implications en termes de façon d'être parent, d'éducation et de développement en général.

La génétique du comportement, l'étude des relations entre hérédité et environnement et la psychologie du développement ont récemment considérablement amélioré notre compréhension de ce problème de l'inné et de l'acquis. Ces disciplines psychologiques appellent tempérament nos caractéristiques comportementales et notre nature émotionnelle. Leurs études démontrent de manière cohérente et répétée que le tempérament est largement fonction de l'hérédité (bien qu'elles ne prennent pas en compte l'influence de l'environnement au cours de la vie intra-utérine) et de ce qui est appelé "l'environnement familial non partagé". L'environnement familial non partagé signifie que chaque enfant d'une famille vit dans un micro-environnement différent. Il perçoit le même environnement de façon différente. La famille comme source cohérente d'influence est un mythe. La famille n'offre pas le même environnement à chaque enfant. Elle constitue autant de micro-environnements qu'il y a d'enfants.

Je crois que ce que les généticiens du comportement et les psychologues du développement appellent "tempérament hérité" est le résultat d'une propension innée à développer un style et des habitudes d'attention. Ces styles sont les lentilles avec lesquelles, dès la naissance, nous voyons et percevons le monde. Par exemple, l'observation de nouveau-nés montre des différences d'activité et de réactivité dès le premier jour. J'appelle "attention" le niveau moléculaire de la façon dont nous organisons le monde avec notre corps, notre cœur et notre esprit. En tant qu'enfant, nous faisons l'expérience de notre environnement de façon différente selon la manière dont notre attention est organisée. Et nous sommes en très grande part non-conscients de nos habitudes d'attention, jusqu'à ce que nous développions notre observateur intérieur. De plus, ces styles de perception et d'attention sont largement responsables de la manière dont les parents et les autres élèvent leurs enfants et réagissent vis-à-vis d'eux.

En préparant le sous-groupe de travail sur "Les origines du type dans l'enfance" pour la conférence de l'IEA qui s'est tenue à Chicago durant l'été 1996, j'ai découvert le travail des docteurs Alexander Thomas et Stella Chess, décrit dans leur ouvrage Temperament and Development (New York : Brunner/Mazel, 1977). Au début des années 1960, ils ont observé des enfants âgés de deux et trois mois.

J'ai été frappé qu'ils aient découvert "neuf catégories de tempérament" reconnaissables chez les nourrissons et les très jeunes enfants. Ce sont :

Niveau d'activité
La part d'activité motrice dans le comportement de l'enfant, par exemple attraper, ramper, marcher.
Rythmicité (régularité)
La prévisibilité de n'importe quelle fonction.
Approche
Les réactions positives à des stimuli nouveaux (Pour Thomas et Chess, le retrait et les réponses négatives représentent l'autre extrémité du même continuum).
Adaptabilité
La facilité avec laquelle les réactions sont modifiées dans une direction désirée.
Seuil de réactivité
Le niveau d'intensité nécessaire pour qu'une stimulation provoque une réponse perceptible ou, en d'autres mots, le niveau de sensibilité.
Intensité de réaction
Le niveau d'énergie d'une réaction, indépendamment de sa qualité ou sa direction.
Qualité d'humeur
La quantité de réaction émotionnelle positive ou négative.
Distractivité
La sensibilité aux stimuli environnementaux accessoires conduisant à modifier la direction du comportement en cours.
Durée d'attention/Persistance
La capacité à maintenir son attention dans la durée et à continuer à s'occuper de ce qui est en cours même face à des obstacles (vigilance).

Pour simplifier, j'ai considéré chaque tempérament quand il était fortement présent comme un moyen prédominant d'organiser l'attention (par exemple, pour "niveau d'activité", une activité importante, beaucoup d'efforts pour faire). Puis, j'ai placé chaque catégorie sur un Ennéagramme (voir figure). Sans avoir à faire beaucoup d'efforts, la correspondance est remarquable. Voilà un résumé de comment les neuf styles de tempérament des enfants correspondent aux neuf types fondamentaux de l'Ennéagramme :

Les neuf catégories de tempérament *
placés sur l'Ennéagramme
© David Daniels M.D., 1996
Ennéagramme des tempéraments
* Thomas A., Chess S. Temperament and Development
(New York : Brunner/Mazel, 1977)
  • Les 1 essayent de corriger les erreurs et de rendre la vie régulière et prévisible (Rythmicité/régularité).
  • Les 2 tendent la main pour satisfaire les besoins des autres et réagissent en les approchant de manière positive (Approche).
  • Les 3 se concentrent sur les tâches et les objectifs avec un haut niveau d'activité et vont de l'avant avec énergie (Activité).
  • Les 4 désirent ardemment une connexion sincère avec des émotions intenses et une humeur fluctuante (Qualité d'humeur).
  • Les 5, étant fortement sensibles aux stimuli, se détachent pour observer (Seuil de réactivité).
  • Les 6 sont en alerte et vigilants face aux menaces et aux dangers potentiels, la vigilance nécessitant la persistance afin d'être maintenue dans le temps (Durée d'attention).
  • Les 7 s'occupent d'options et de possibilités positives multiples et montrent une capacité à changer ou à s'orienter facilement dans une nouvelle direction désirée (Adaptabilité).
  • Les 8 cherchent le pouvoir et le contrôle et interviennent avec une haute énergie instinctive et une grande intensité (Intensité de réaction).
  • L'attention des 9 est dirigée par des demandes émanant de l'environnement, comme l'opinion des autres, et ils manifestent une facilité à s'accommoder des stimuli de l'environnement (Distractivité).

Bien évidemment, nous avons tous l'ensemble de ces mécanismes, mais habituellement notre attention est organisée selon un schéma spécifique. Thomas et Chess ont regroupé leurs neuf catégories de tempérament (attention) en trois styles de comportement qui les ont fait connaître : l'Enfant difficile, l'Enfant facile, l'Enfant lent à démarrer. Aucun de ces tempéraments n'est censé être plus positif ou négatif qu'un autre ; il est simplement différent. De fait, Thomas et Chess disent : "En aucun cas, l'un de ces tempéraments n'aboutit, en tant que tel, à une perturbation du comportement." Ce qui est remarquable c'est qu'une observation du comportement de très jeunes enfants permet de discerner neuf manières d'organiser le monde, neuf types fondamentaux de tempérament avec un niveau de discrimination de 90 % ! Pour autant que je sache, Thomas et Chess ont réalisé leur étude sans aucune connaissance de l'existence de l'Ennéagramme. Ce type de travail indépendant constitue une validation de la vérité de l'Ennéagramme.

Quelle est alors la contribution de l'environnement au type ? Il y a une multitude de données qui démontrent l'influence des parents et de l'environnement sur le niveau de fonctionnement, de santé et de bien-être des enfants. Notre niveau de développement est fortement lié à l'amour, l'attention et la flexibilité de notre mère et plus généralement de nos parents. Sans contact et soutien émotionnel suffisants, le développement des enfants peut être sévèrement retardé ou compromis à tous les niveaux. L'estime de soi des enfants est fortement corrélée à la capacité des parents à fixer des frontières appropriées et à les élargir au fur et à mesure que l'enfant grandit. Ainsi, en poussant à l'extrême, nous pourrions dire que l'inné cause notre type et que l'acquis est responsable de notre niveau de développement et de notre santé.*

Pour les parents et les éducateurs, cela signifie qu'il n'existe pas une façon d'agir qui convienne à tout le monde et, en termes d'Ennéagramme, qu'il y a neuf façons différentes d'apprendre. Aussi, ceux qui prennent soin d'enfants doivent apprécier et respecter les différences et montrer la flexibilité et l'attention dont toutes les études de psychologie du développement ont démontré qu'elles étaient fondamentales pour un développement sain. Nous avons tous besoin d'apprendre à prendre en compte les différences de style d'attention et d'énergie générées par le type de l'enfant.

__________

Note : il peut aussi être vrai que le type a des effets sur l'aspect de notre être essentiel qui est le plus vulnérable, par exemple que la prudence et la vigilance fragilisent la confiance. Ou bien, il est possible qu'un aspect de notre être essentiel, comme la confiance, soit particulièrement fragile.
Remerciements : j'aimerais remercier Denise Daniels, Carolyn Dawn, Helen Palmer et tous nos étudiants dans la tradition orale pour leur contribution à ce travail et à ma compréhension des origines du type dans l'enfance.

__________

David Daniels, M.D. est professeur de psychiatrie clinique et de sciences du comportement à l'Université de Stanford et a une pratique privée à Palo Alto. Il a co-enseigné l'Enneagram Professional Training Program selon la tradition orale avec Helen Palmer depuis sa création en 1988. Il coécrit actuellement avec Helen Palmer un livre sur l'utilisation de l'Ennéagramme pour le développement personnel ; cet ouvrage sera publié par Harmony/Crown.