Myers-Briggs et Ennéagramme : relations et complémentarité
Tom Flautt & John Richards (Traduction par Sandrine Beky)

Les profils du Myers-Briggs et les types de l'Ennéagramme décrivent des parties différentes de notre appareil mental que Jung appelle la psyché. Le MBTI semble être concerné par la partie consciente et cognitive de notre psyché, alors que l'Ennéagramme se focalise sur la partie inconsciente, ses défenses et ses motivations. Les deux systèmes abordent la psyché de deux façons bien contrastées.

Le MBTI part de la supposition qu'il y a quatre catégories de choix fondamentaux, E/I, S/N, T/F, J/P, tous aussi valables les uns que les autres. La description de chacun des 16 types est présentée de façon plutôt positive : les différences entre les styles et schémas de fonctionnement sont soulignées, mais globalement l'accent est mis sur les attributs positifs. Ce n'est qu'après avoir appris le système de base, que l'on prête attention aux attributs négatifs d'une personnalité, par exemple l'impact de la fonction inférieure.

Les premiers enseignants de l'Ennéagramme sont partis de comportements négatifs. En fait, certains ont assimilé les différents types au "sept péchés capitaux" de la tradition chrétienne, auxquels ont été ajoutés les deux autres "péchés" de mensonge et de peur. Les étudiants de l'Ennéagramme sont supposés nommer leur principale imperfection qui se trouve à la base de leur scénario de vie. En termes jungiens, c'est comme si la façon dont nous structurons notre archétype "ombre" décrivait les motivations profondes de notre vie. Les descriptions des types de l'Ennéagramme vont des plus saines (nobles ou altruistes) au plus malsaines (psychotique).

La théorie des types Myers-Briggs

Les quatre catégories de choix sont relatives aux fonctions intelligentes de notre psyché. Ces fonctions sont supposées être de type "Soit…, soit…", exactement comme une personne est soit droitière, soit gauchère. Le premier groupe de choix est Extraversion/Introversion (E/I). Ces termes décrivent la direction de l'attention d'une personne, à l'extérieur de l'esprit (E) ou à l'intérieur de l'esprit (I). Ils décrivent aussi la source d'énergie psychique d'une personne. Un extraverti trouve son énergie dans des événements extérieurs. L'exemple le plus fréquent est la réaction d'une personne à l'idée d'aller à une soirée : un extraverti multiplie son énergie au contact des autres ; en revanche un introverti, qui trouve son énergie à l'intérieur, est souvent épuisé après une soirée.

Le second groupe de choix, Sensations/Intuition (S/N), décrit comment une personne assimile l'information. Une personne S stocke les informations directement et peut s'en rappeler immédiatement. Une personne N acquiert l'information et la modifie par un processus inconscient : elle stocke l'information sous forme de structures, de modèles, de généralisations ou encore d'associations, mais pas en tant qu'information brute. De ce fait elle peut se souvenir facilement de la globalité et non du détail.

Le troisième groupe de choix, Pensée/Sentiment (T/F), décrit comment une personne prend des décisions. Une personne T utilise une logique impersonnelle. Une personne F utilise des valeurs personnelles. Le processus de décision est assez différent. Lors d'une prise de décision, une personne T essaye de se distancer de la situation pour atteindre un état d'objectivité, c'est-à-dire une absence d'émotion. Une personne F veut s'immerger dans la situation et dans les émotions pour structurer ses valeurs personnelles et prendre la décision.

Le quatrième groupe de choix, Jugement/Perception (J/P), décrit la préférence du processus décisionnel d'une personne vers la conclusion rapide (J) ou vers l'obtention de toute l'information (P). Dans le processus décisionnel, il y a toujours une lutte entre la prise de décision et l'attente de plus d'informations. Une autre description de cette catégorie consiste à dire qu'une personne J a tendance à planifier et à résister aux changements de plan. Une personne P n'aime pas planifier parce que quelque chose de plus attrayant que ce qui a été projeté, peut arriver.

La combinaison des quatre catégories de choix bipolaires donne 16 types.

La théorie de l'Ennéagramme

Les centres d'Intelligence

Les neuf différents types de l'Ennéagramme résultent de la prise en considération de trois centres d'intelligence : le centre mental, le centre émotionnel et le centre instinctif. Ils peuvent être considérés comme les "fonctions de base" de l'Ennéagramme. Il a été suggéré qu'ils correspondent aux trois parties du cerveau apparues aux différents stades de l'évolution : cerveau reptilien, système limbique et néo-cortex. Le centre instinctif a en charge les processus d'action (faire, être actif ou passif, pouvoir). Le centre émotionnel est le siège des processus relationnels (bienveillance, amour, influence, acceptation, rejet, affiliation, affects). Le centre mental gère les processus mentaux (par exemple les fonctions jungiennes de Pensée, Sentiment, Sensation et Intuition).

Chacun des trois centres regroupe trois types de l'Ennéagramme. Le centre instinctif est le centre préféré des types 891 ; le centre émotionnel est le centre préféré des types 234 ; le centre mental est le centre préféré des types 567.

Des Centres vers les Types

Il y a diverses façons d'arriver aux neuf types en partant des trois centres. J'aime l'explication basée sur la théorie de Karen Horney. Dans son système, il y a trois groupes de gens, ceux qui sont agressifs (se déplaçant contre les gens), ceux qui sont dépendants (se déplaçant vers ou avec les gens) et ceux qui sont détachés (s'éloignant des gens). Nous constatons que dans chacun des centres, il peut y avoir un type qui correspond à chacune de ces trois préférences. Dans le centre mental, le type 7 représente l'agressivité, le type 6 la dépendance et le type 5 le détachement. Dans le centre émotionnel, le type 3 représente l'agressivité, le type 2 la dépendance et le type 4 le détachement. Dans le centre instinctif, le type 8 représente l'agressivité, le type 1 la dépendance et le type 9 le détachement.

Les Corrélations entre le MBTI et les Typologies Ennéagramme

Nous avons mené des travaux de recherche sur des membres de l'Association du Type Psychologique. Ce groupe a été choisi parce qu'ils avaient une bonne compréhension de leur type Myers-Briggs. Un outil de détermination des types Ennéagramme, développé par John Richards, a été envoyé à plus de 1500 personnes, en réponse à notre article dans le Bulletin du Type Psychologique. Les résultats ci-dessous représentent les réponses de 964 personnes. Les corrélations entre les types MBTI et Ennéagramme ont été mesurées au moyen du programme SRTT développé par CAPT. Ce programme calcule des corrélations (I) et identifie celles qui sont "statistiquement significatives" : cela signifie, simplement, qu'il y a une probabilité de 95 % de chance de trouver cette combinaison entre un type Myers-Briggs et un type Ennéagramme dans un groupe important de gens. Un résumé des résultats obtenus est présenté ci-dessous :

Ennéatype
Nombre
Types MBTI associés (I)
I > 1 et p * .05
Tempéraments &
préférences associés
1-Perfectionniste
125
ISTJ(3.2), ESTJ(2.6)
I, S, T, J, SJ
2-Altruiste
252
ESFJ(2.8), ENFJ(2.7), ISFP(1.8),
ESFP(1.8), ENFP(1.6), ISFJ(1.5)
E, F
3-Battant
42
ENTJ (3.2), ENTP (3.2)
E, T, NT
4-Individualiste
57
INFP(5.1), INFJ(2.9)
I, N, F, P, NF
5-Penseur
152
INTP(4.3), INTJ(3.7),
ISTP(3.5), ISTJ(1.8)
I, N, T, NT
6-Loyaliste
19
ISFJ(6.1), ISTJ(1.8)
I, S, J, SJ
7-Enthousiaste
53
ESTP(4.6), ENTP(4.6), ENFP(3.1), ESFP(2.8)
E, N, P
8-Leader
62
ESTJ(5.5), ENTJ(4.1)
E,T,.J
9-Médiateur
33
ISFP(9.1), INFP(3.8)
I, F, P, SP

La table des résultats détaillés est présentée ci-dessous. Il est clair qu'il y a un représentant de la plupart des combinaisons entre un type Ennéagramme et un type Myers-Briggs. Il y a 144 combinaisons possibles. Dans notre panel de 964 réponses, seules 30 combinaisons n'ont pas été trouvées. La plupart des combinaisons manquantes proviennent de groupes dont la représentation est faible. Par exemple, pour les 32 personnes de type 9 du panel, il y a 6 cellules vides. Quand les chiffres sont plus élevés, le nombre de cellules vides est beaucoup plus bas. Par exemple pour les 125 représentants du type 1, chaque cellule contient au moins un membre. Et pour les 266 représentants du type 2, il y a seulement deux cellules vides. Ce résultat suggère qu'avec un panel plus large, il y aurait des représentants pour chacune des 144 combinaisons possibles.

MBTI
Ennéatype
Total
1
2
3
4
5
6
7
8
9
ISTJ

40

3
4
0
32
12
1
5
1
98
ISFJ
12
25
1
4
1
16
0
0
1
60
INFJ
11
28
3
23
9
5
2
0
0
81
INTJ
14
1
4
4
61
1
1
5
1
92
ISTP
2
0
1
0
12
1
1
2
0
19
ISFP
1
16
0
0
2
2
2
0
10
33
INFP
3
19
2
43
6
1
1
1
11
87
INTP
3
0
0
2
41
1
0
3
2
52
ESTP
1
2
0
0
0
1
10
4
1
19
ESFP
1
14
1
0
1
0
9
1
1
28
ENFP
1
43
4
9
0
0
34
2
3
96
ENTP
1
5
10
2
5
0
35
9
0
67
ESTJ
18
2
5
0
1
2
2
23
0
53
ESFJ
6
45
1
0
0
0
3
3
0
58
ENFJ
2
56
2
5
1
0
5
3
0
74
ENTJ
9
7
7
1
3
0
4
15
1
47
Total
125
266
45
93
175
42
110
76
32
964

Quelques généralisations pour établir un lien entre l'Ennéagramme et le MBTI

  • Chaque type de l'Ennéagramme peut être corrélé avec la plupart des types du MBTI et vice versa.
  • Le rapport entre les deux systèmes de personnalité est complexe. Certains états égotiques de l'Ennéagramme ne correspondent quasiment qu'à un ou deux types du MBTI. D'autres ont une distribution presque uniforme des types du MBTI.
  • Chaque système complète l'autre.
  • Lors de la description des types de l'Ennéagramme, il est utile de tenir compte des préférences du MBTI, par exemple 5-Extraverti, 4-Pensée et 1-Perception.

Avantages, limitations et utilisation de chaque typologie

Les avantages principaux de la typologie MBTI sont :

  • Ses origines sont clairement plus conformes à la psychologie généralement acceptée (Jung et Myers-Briggs).
  • Il emploie un instrument de mesure psychologiquement validé.
  • Il a des domaines d'applications bien développés, particulièrement le conseil en gestion de carrière, le management et la dynamisation d'équipe.
  • Des protocoles puissants ont été développés pour démontrer la théorie.
  • Il est largement accepté par les consultants, le monde des affaires et celui de l'éducation.

Les inconvénients de cette approche sont :

  • Elle est compliquée. Beaucoup de gens se plaignent qu'il est difficile de se rappeler la description de chacun des 16 types.
  • Elle mesure la partie de la psyché touchant à la conscience et à la cognition, mais pas les motivations.
  • Énormément de gens ont été exposés à la typologie Myers-Briggs, si bien qu'ils ont une impression de "déjà-vu, déjà fait".

Les avantages principaux de la typologie Ennéagramme sont :

  • Il est plus facile de se rappeler les motivations de base des neuf types Ennéagramme que la description de 16 types Myers-Briggs.
  • C'est un système relativement neuf qui est attirant à cause de sa nouveauté.
  • Le développement personnel et l'évolution personnelle sont une partie intégrante de la théorie.
  • L'Ennéagramme appliqué au développement organisationnel ou à la construction d'équipe y apporte une nouvelle perspective.
  • L'Ennéagramme apparaît comme très attirant et utile pour les gens intéressés par le développement spirituel.

Les inconvénients principaux sont :

  • Les origines viennent de mystérieux "enseignants de sagesse" qui sont restés secrets à propos de l'élaboration du système.
  • Il n'y a pas de manière généralement admise de nommer et de décrire chacun des neuf types (chacun des enseignants a son propre vocabulaire).
  • Il n'y a pas d'outil généralement admis pour aider une personne à trouver son type. Les méthodes qui ont été développées ont des degrés très divers de validation et d'utilité pratique.

Dans l'idéal, chaque système devrait être employé en complément de l'autre, permettant ainsi une meilleure compréhension de la psyché, notamment dans des situations de conseil en développement personnel ou lors d'une étude approfondie d'une relation. Cependant, dans de nombreux cas, pour des raisons pratiques, il n'est possible d'employer qu'un seul des deux systèmes.

COMPARAISON ENTRE LES TYPOLOGIES MYERS-BRIGGS ET ENNÉAGRAMME
 
Myers-Briggs
Ennéagramme
Origines
Jung : années 1920.
Myers & Briggs : années 1940.
Instrument : années 1960.
Gurdjieff : 1920-40.
Ichazo : années 1950.
Naranjo : fin des années 1960.
Nombre de types 16 9
Décrit Principalement des comportements conscients (4 composants : Extraversion-Introversion, Sensations-Intuition, Pensée-Sentiment, Jugement-Perception. Attitudes et comportements relatifs aux trois centres mental, émotionnel et instinctif.
Style de description des types Plutôt positif, soulignant que chaque type a des avantages et des inconvénients qui font que tous les types sont de valeur égale. Attitudes et comportements sains et malsains, avec traditionnellement une attention particulière aux travers de la personnalité.
Structure Interne des Types Chaque type est composé de 4 choix bipolaires. Chaque type peut être relié à un centre d'intelligence : mental, émotionnel, instinctif.
Outil Le MBTI utilisé de façon massive et validé selon les critères des tests psychologiques. Plusieurs (degré variable de validité selon les critères des tests psychologiques).
Méthodes d'enseignement Théorie, descriptions de comportements, exercices, panels. Description de comportements (positifs & négatifs), traits de personnalité et motivations, panels.
Applications Connaissance de soi, conseil en développement de carrière et formation au management sont les plus développés. La spiritualité l'est moins. Connaissance de soi, développement personnel et spiritualité sont les plus développés. Les applications à l'organisation et au management sont moins développées, bien qu'en passe de devenir populaires pour le coaching.
Stratégie d'évolution Stratégie d'évolution liée à l'équilibre personnel obtenu en développant les fonctions les moins utilisées. Stratégie d'évolution spécifique à chaque type faisant partie de la théorie.
Développement Travail direct sur les préférences ; développement des fonctions les moins utilisées. Suggestions basées sur le modèle de l'intégration et destinées à aller "au-delà de la personnalité".
Degré de contrôle conscient Plutôt sous le contrôle de la conscience, en particulier pour les deux fonctions préférées. Difficulté à aller directement "au-delà de la personnalité" et à travailler sur les motivations inconscientes.
Spiritualité Quelques orientations vers différents types de prières et de services religieux. Pas vraiment clair pour la pratique intérieure Abordée directement. Le modèle se base sur les "sept péchés capitaux". La méditation est considérée comme utile pour aller "au-delà de la personnalité".
Origine du type chez un individu particulier Essentiellement génétique, comme le fait d'être gaucher ou droitier. L'expression du type peut être influencée par la famille et l'environnement culturel. Essentiellement génétique avec le niveau d'intégration fortement influencé par les relations de la toute petite enfance.
Question Clé Comment une personne se comporte-t-elle ? Pourquoi une personne se comporte-t-elle de la façon dont elle se comporte ?