L'Ennéagramme dynamique : type 4 (1e partie)
Tom Condon (Traduction par Béatrice Lateur Lacroix)

Le 4 est l'un de ceux que je nomme en plaisantant les "ennéatypes naturels". Souvent, les personnes extrêmement âgées ralentissent et deviennent laconiques et plus accommodantes, un peu comme des 9, quel que soit leur style réel de personnalité. Pendant leurs vingt premières années, beaucoup de jeunes adultes passent par la phase naturelle des 7 quand ils s'aventurent dans le monde pour goûter la variété de la vie et ses joies.

De la même façon, la nature transforme temporairement tous les adolescents en 4, l'expérience adolescente universelle contenant de nombreux éléments de la psychologie des 4 : un sens de l'aliénation, une recherche consciente de l'identité, une préoccupation de qui vous êtes en tant que personne unique par rapport aux autres, une intensité dans l'expérience quotidienne, une tendance à trouver du romantisme dans la mort, la conviction que personne n'a jamais ressenti ce que vous ressentez et une conscience aiguë de l'élévation du chagrin comme de l'amour. Le célèbre professeur et poète John Ciardi fut une fois questionné pour savoir si les gens avaient besoin de souffrir pour devenir poète. "Non, répondit-il, être un adolescent est tout à fait suffisant."

Les 4 intégrés sont idéalistes, ont bon goût et apprécient grandement la beauté. Ils filtrent leur réalité extérieure à travers une subjectivité riche et subtile et sont souvent bons pour penser métaphoriquement — ils ont la capacité à lier des faits et des événements non reliés, pour comprendre et expérimenter une sorte de choses en tant qu'une autre (selon ce que le philosophe et anthropologue Gregory Bateson appelait les "patterns qui connectent").

Les 4 pratiquent naturellement la synesthésie, un mélange continuel des sens qui peut produire des réactions complexes et riches face à des événements ordinaires. Un 4 entrant dans une situation nouvelle pourrait voir quelque chose qui déclenche une image mentale, qui dans la foulée évoque un sentiment, qui rappelle alors une chanson au 4. La chanson pourrait rappeler des images qui évoqueraient plus de senteurs, de goûts et de sentiments. Les sens des 4 peuvent se fondre ensemble comme de l'aquarelle sous la pluie ; ils peuvent voir des sons, entendre des sentiments, sentir des images, etc. Interrogé sur ce qu'il préfère de sa personnalité, un 4 a répondu : "Je ne sais pas si beaucoup d'autres gens peuvent apprécier les choses, les endroits et les événements avec autant de détails, de richesse et de grandeur. Même lorsque je m'ennuie, il s'agit d'un ennui intense."

La richesse sensorielle est comme le matériau brut de la créativité et les 4 intégrés se donnent eux-mêmes des façons d'exprimer leur vie intérieure intense. Un auteur de chanson de type 4 dit : "Quand j'écris une chanson, cela me rappelle que j'ai une identité. C'est comme si je déposais tous mes sentiments sur le papier. Alors, je peux regarder et réellement les voir tous. Ils deviennent gérables." "Depuis le début, commente un acteur 4, jouer ressemble à une thérapie, puisque je pouvais transformer ma souffrance en quelque chose de créatif." Dans les livres sur l'Ennéagramme, les 4 sont souvent décrits comme artistes et nombre des artistes les plus célèbres du monde ont été de ce type. Pourtant, les 4 peuvent avoir toutes sortes d'occupations, bien qu'ils essaient chaque fois que c'est possible de rendre leur travail intéressant sur le plan créatif.

Comme les 1, les 4 intégrés peuvent être courageux moralement, idéalistes et travailler dur pour ce en quoi ils croient. Ils sont plus des personnes qui contribuent, que des gens qui se plaignent ; ils sont souvent engagés à améliorer un monde imparfait. Certains ont un besoin distinct de réaliser une vision intérieure dans le monde extérieur, peut-être en lançant des projets innovants qui ont des buts humanistes ou artistiques. Dans cet objectif, ils peuvent être audacieux, déterminés et pratiques. "Quand je serai sur mon lit de mort, dit un 4, j'espère que je pourrai me retourner sur ma vie et en être fier. Je ne veux pas gaspiller ma vie en frivolités."

Les 4 sont sensibles à la souffrance des autres et veulent s'en occuper. "Je sens que je suis dans une position où je peux influencer les autres", explique un 4 qui a réussi. "J'aime redonner. Je dois avoir quelque chose qui me remplit de pulsion, de but et de passion. Le service des autres remplit cette fonction plus que n'importe quoi d'autre." Un autre 4 ajoute : "Expérimenter le chagrin et le manque m'a fait plus comprendre les souffrances des autres. Et être plus généreux." Les 4 peuvent être empathiques, des amis des moments difficiles, capables de comprendre les dilemmes des autres, spécialement de bonne volonté pour être attentif au chagrin d'un ami, quand les autres pourraient se détourner.

Quand ils sont au plus haut, les 4 expriment ce qui est universel dans l'expérience humaine pour nous tous, articulant et affirmant la réalité de la vie intérieure, insistant sur le fait que les rêves et les sentiments sont aussi réels que les tables et les chaises. Les 4 peuvent être de bons professeurs et thérapeutes à cet égard. Comme le dit un 4 : "Je ressens très bien les capacités à décrire l'expérience interne des autres parce que je l'ai traversée moi-même, et à travailler thérapeutiquement avec d'autres personnes parce que j'ai imaginé les façons de travailler sur moi-même." Les 4 peuvent aussi être des avocats talentueux de la vie passionnée. "L'avidité, la curiosité, la passion, la colère sont mes constructions conscientes, dit un 4, elles m'épargnent le fait d'être trop triste, de renoncer." Apprendre sur soi et appliquer cette connaissance sont aussi des tendances fortes des personnes bien intégrées de ce profil.

Sentiments confus et envie

En 1792, Jean-Jacques Rousseau, un 4, commence son autobiographie Les Confessions de cette manière : "Je forme une entreprise qui n'eut jamais d'exemple, et dont l'exécution n'aura point d'imitateur. Je veux montrer à mes semblables un homme dans toute la vérité de la nature ; et cet homme, ce sera moi. Moi seul. Je sens mon cœur, et je connais les hommes. Je ne suis fait comme aucun de ceux que j'ai vus ; j'ose croire n'être fait comme aucun de ceux qui existent. Si je ne vaux pas mieux, au moins je suis autre. Si la nature a bien ou mal fait de briser le moule dans lequel elle m'a jeté, c'est ce dont on ne peut juger qu'après m'avoir lu."

Quand les 4 sont moins bien intégrés, pris dans ce que je nomme la transe de leur style de l'Ennéagramme, leur originalité créative se transforme en un besoin d'être vu comme unique, ce qui est fondé sur la comparaison avec les autres et dirigé par une image de soi quelquefois grandiose. Les 4 sont une part du trio des types de l'Ennéagramme qui se rejettent eux-mêmes, se sur-identifient à des rôles et éprouvent de la difficulté à savoir ce qu'ils ressentent réellement. Les 4 rejettent spécialement leurs qualités ordinaires et préfèrent jouer le rôle de quelqu'un de distinct et d'unique. "Unique" peut signifier n'importe quoi, depuis être exceptionnellement accompli jusqu'à être mauvais et inapte à une fonction.

Quelques 4, par exemple, racontent qu'ils se ressentent comme appartenant plus à une autre planète, comme s'ils étaient victimes d'une erreur de paperasseries cosmiques qui leur vaut d'être tombés ici et accidentellement élevés en tant qu'êtres humains. La vie sur terre est une forme d'exil et le 4 se ressent comme un perpétuel expatrié qui ne peut jamais retourner sur sa planète d'origine.

Derrière cette intrigue ostensiblement triste, se trouve une sorte de vanité. Quoique cela puisse ne pas être évident, les 4 sont fiers de cette condition aliénée. Être d'une autre planète renforce leur sens d'être spéciaux et les dispense des responsabilités normales. Les extraterrestres ne paient pas d'impôts, par exemple.

L'un de mes amis 4, qui perdit son travail de professeur de littérature dans un lycée la même semaine que sa femme le quitta, sombra dans une peur mélancolique et dépressive. Pendant des mois, il s'asseyait et regardait la télévision toute la journée. Chaque fois que je lui parlais, il semblait sincèrement dépressif et ne savait que répéter la même litanie de plaintes au sujet de combien les choses étaient difficiles.

Un jour, j'entendis un ton légèrement différent dans sa voix. Il se plaignait de la façon habituelle, mais il semblait presque enjoué. Je lui demandais : "Pourquoi me semble-t-il soudain que tu sembles commencer à te réjouir de ta situation ?" Après un temps, il me répondit ironiquement : "Eh bien, j'ai vraiment fait un beau naufrage…"

Après que les premiers anthropologues français aient étudié les tribus indigènes de l'Océan Pacifique, ils sont retournés en France en prônant les vertus du monde de vie des insulaires. De nombreux livres populaires et articles de journaux furent écrits à propos d'eux, certains rappelant le livre de Rousseau Le bon sauvage qui comparait défavorablement un homme civilisé à des personnes indigènes. Les anthropologues reçurent des éloges et des prix pour leur travail et les détails de la culture indigène captivèrent l'imagination du public français. Les anthropologues théorisèrent que les Européens modernes descendaient de personnes telles que les insulaires, qui avaient vécu autrefois plus naturellement et instinctivement, en harmonie avec la nature, non corrompues par les façons de faire modernes.

Deux ans plus tard, les anthropologues retournèrent à la voile vers les mers du Sud et commencèrent à interviewer les indigènes plus profondément. Ils furent surpris d'apprendre que les insulaires croyaient qu'ils descendaient de personnes qui avaient vécu autrefois plus naturellement et instinctivement, en harmonie avec la nature, non corrompues par les façons de faire modernes.

Le 4 contrôlent névrotiquement au moyen de l'envie. Après avoir rejeté l'ordinaire en lui, il compense en se comparant intérieurement avec ceux qui ont les qualités dont il manque, ou qu'il croit avoir eues autrefois mais avoir perdues. Ceci induit un sentiment de manque, de désir ardent pour ce qui est indisponible, ce qui n'est pas très différent de la mélancolie qu'une personne seule peut expérimenter le jour de la Saint-Valentin. Beaucoup de gens éprouvent également ce ressenti en automne, ou pendant les fêtes, ou lorsqu'ils ont le mal du pays.

L'envie est bien plus que le simple espoir, par exemple, d'avoir l'argent d'une autre personne. Au fond, il s'agit d'un désir inconscient d'être une autre personne, quelqu'un avec les qualités qui vous manquent. Chez les 4, cela prend deux formes : désirer être quelqu'un d'autre ou être une version imaginaire de soi-même. Dans leur livre The Wisdom of the Enneagram, les auteurs Don Riso et Russ Hudson écrivent avec perspicacité au sujet du Soi imaginaire des 4, une version compensatrice, parfois grandiose, de la personne que les 4 souhaiteraient être. Ce Soi imaginaire est conçu pour contrecarrer le sentiment d'être rejeté ; c'est la personne que le 4 sera un jour quand il sera digne d'être aimé. Au fond, le 4 s'envie lui-même.

Par exemple, une 4 peu intégrée entrant à un séminaire, peut regarder les autres participants, commencer à se comparer à eux, les trouver "normaux" alors qu'elle-même est unique et différente, mais manque de quelque chose d'une manière ou d'une autre. Ensuite, elle se rejette intérieurement elle-même, en se disant "Je n'appartiens pas à ce groupe" et elle commence pour elle-même la liste de ses imperfections.

Puis elle commence à envier quelqu'un dans le séminaire qui lui semble être le genre de personne qu'elle "devrait" être. Elle pourrait aussi regarder un couple marié et envier ce qu'elle pense être leur belle vie ensemble. Ou elle pourrait voir quelqu'un d'attrayant et d'indisponible et espérer que cette personne l'aime.

La 4 pourrait sentir qu'elle a à justifier sa présence ici. Elle pourrait alors essayer de prouver qu'après tout, elle appartient bien au séminaire, en adoptant le comportement et l'apparence de quelqu'un de "normal". Ou elle pourrait commencer à penser qu'elle devient son Soi imaginaire, un être si unique et extraordinaire que les gens dans le groupe finiront par l'accepter après tout.

Les 4 se protègent avec le mécanisme de défense de l'introjection, ce qui signifie prendre les personnes en soi et se relier à elles par l'imagination, les pensées et les sentiments. Alors que nous introjectons tous occasionnellement d'autres personnes, nos parents par exemple, les 4 introjectent fréquemment, et cette capacité a une fonction spécifique dans leur psychologie. Par exemple, un 4 introjectera une personne aimée ou quelqu'un qu'il a idéalisé et qui est hors d'atteinte. Il a alors une relation avec son fantasme de cette personne. Le 4 tient cette personne imaginaire entre lui et les autres, comme une barrière, pour se protéger contre le rejet. Pendant ce temps le 4 sent la personne fantasmée être présente, comme s'il se confortait lui-même avec un ami imaginaire.

J'ai demandé une fois à l'un de mes amis 4 pourquoi il ne me téléphonait pas plus souvent. "Ce n'est pas nécessaire, répondit-il, je te parle chaque jour." Beaucoup de 4 portent leurs amis et amours à l'intérieur d'eux et se sentent plus près de ces êtres aimés quand ils sont physiquement absents. "En termes d'amour perdu, explique un 4, la personne fantasmée est toujours bien mieux que la personne réelle."

Une fois, à l'époque où je donnais des consultations privées, un couple marié entra dans mon bureau pour leur première séance, manifestement triste. La femme pleurait et l'homme semblait terrifié. Une heure avant la séance, il lui avait confessé avoir eu une liaison sexuelle une fois avec la femme de son principal concurrent professionnel. L'épouse réagissait à cette nouvelle par un choc, des larmes et des récriminations.

L'homme était un 4 et la femme une 1. À divers moments pendant la séance, elle devint plus accusatrice et jugeante, montrant combien elle se sentait blessée. Mais, quand elle lui faisait des reproches, le 4 se défendait en se retirant dans le souvenir introjecté de l'infidélité.

"Comment as-tu pu faire cela avec elle ?, hurlait l'épouse, Avec elle particulièrement ! Quelle petite rencontre pathétique et sordide cela a dû être." En rêvant, le 4 répondit : "Ne parle pas d'elle de cette façon. Elle a des qualités dont tu ne sais rien. Le jour que nous avons passé ensemble a été l'un des plus beaux jours de ma vie." Plus sa femme devenait accusatrice, plus le 4 se retranchait dans son souvenir du "beau" jour et défendait ce souvenir, ce qui était exactement la mauvaise tactique à employer avec son épouse blessée.

L'introjection est une réaction face au présent, même lorsque le 4 se retire subjectivement dans le passé. La défense consiste à recréer un ensemble de sentiments qui furent alors satisfaisants, comme un moyen de se dissocier des événements immédiats. Les 4 peuvent introjecter des lieux et des choses aussi bien que des personnes. L'objectif est de maintenir quelque chose entre eux et le rejet du monde.

Cette défense explique partiellement pourquoi les 4 peuvent trouver exceptionnellement difficile de s'affliger de la perte de quelqu'un qu'ils aiment. Si la personne aimée vit à l'intérieur du 4 et que cette personne le quitte dans la réalité, c'est comme si le 4 a à se séparer d'une partie interne de lui-même. Éprouver la perte peut être ressenti comme l'ablation chirurgicale d'un organe interne.

Les schismes de l'envie

Les 4 peu intégrés sont prédisposés aux "schismes de l'envie" : ils divisent et séparent subjectivement certaines parties de leurs vies en circonstances réelles d'une part et alternative enviée d'autre part. Certains 4 développent des schismes à propos de leur travail, en créant un conflit chronique entre leur "emploi conventionnel" ennuyeux et une vocation créative que le 4 aimerait pratiquer. Un tel 4 pourrait dire : "Je travaille comme secrétaire actuellement, mais un jour je vais aller à Paris et je deviendrai peintre." D'autres 4 créent des schismes dans leur vie sentimentale, par exemple en voyant leur compagnon comme ennuyeux et prévisible, pendant qu'ils fantasment au sujet d'étrangers fascinants. D'autres encore créent des schismes entre leurs vies publiques et privées. Ils pourraient avoir une carrière florissante, mais être insatisfaits en amour, ou occupés et productifs le jour, mais seuls la nuit.

À la fête d'anniversaire de ses cinquante ans, un homme soupira et dit : "Je souhaiterais pouvoir avoir à nouveau 20 ans et savoir ce que je sais maintenant." En souriant, l'un de ses amis lui répondit : "Eh ! pense seulement à combien tu serais seul." Un autre schisme possible se situe entre le présent et le passé, ce qu'un 4 pourrait exprimer en étant habituellement nostalgique. Les 4 nostalgiques peuvent déguster les souvenirs dont ils tirent du confort, de la stimulation et dont ils se nourrissent. Quand ils sont désintégrés, cependant, ils peuvent devenir des vampires de souvenirs, se détournant du présent pour reboire constamment le passé.

Quelle que soit leur satisfaction, les schismes d'envie sont des produits de l'imagination créative des 4 et le vieil adage sur l'envie "L'herbe est toujours plus verte de l'autre côté" a une signification littérale pour ce profil. Les 4 voient ce qu'ils ont réellement d'une façon très différente de celle dont ils voient ce dont ils ont envie. Lorsqu'il pense à son travail ennuyeux, à son épouse terne ou à sa vie présente peu passionnante, un 4 pourrait mentalement les voir comme gris, flous et statiques. Par contraste, le 4 pourrait voir une alternative enviée comme étant colorée, claire et en mouvement, qualités sensorielles associées avec quelque chose de désirable et passionnant.

Une cliente 4 décrivait son mariage comme "sûr" et son mari comme "stable, digne de confiance, travailleur et terne." Elle était attirée romantiquement par un bel écrivain qu'elle ne connaissait pas bien et qui vivait dans les montagnes, mais qui venait quelquefois en ville.

Je lui demandais de visualiser mentalement les deux hommes. Elle voyait son mari terne, en noir et blanc, et l'écrivain en couleurs. Le mari terne était statique, tandis que l'écrivain bougeait de façon attrayante. Elle voyait le mari terne à distance, alors que l'image de l'écrivain était près d'elle.

Je lui demandais alors d'utiliser son imagination et de changer l'image en noir et blanc de son mari en une colorée, de rapprocher cette image, et de le voir bouger. Ensuite, je lui demandais de rendre l'écrivain distant, statique et sans couleur. Après s'être concentrée intensivement pendant une minute, la 4 dit : "Hummmm. Mon mari devient vraiment beaucoup plus intéressant."

Le chanteur compositeur Paul Simon, lui-même un 4, fait allusion aux qualités sensorielles de l'envie dans sa chanson pleine d'esprit et subtile Kodachrome : "Si je prends toutes les filles que j'ai connues lorsque j'étais seul, et que je les prends toutes ensemble pour une nuit, je sais qu'elles ne rivaliseront jamais avec ma douce imagination. Et toute chose semble pire en noir et blanc."

Hypermnésie et régression en âge

L'envie et l'introjection sont soutenues par la capacité des 4 pour l'hypermnésie, une mémoire exceptionnellement vive, l'opposé de l'amnésie. Les 4 peuvent se rappeler les époques et les lieux passés avec tellement de détails sensoriels qu'ils peuvent entrer dans une sorte de tranche de temps où ce dont ils se souviennent semble être en train de se produire à l'instant. Comme un 4 le décrit : "C'est vraiment facile pour moi, quand je regarde en arrière, de colorer et d'exagérer les expériences, particulièrement celles qui sont en rapport avec les voyages ou la nature. Je me souviens d'un moment parfait : c'était la pleine lune et c'était mieux que tout ce que vous pouvez voir sur les cartes postales ou sur les images d'un catalogue de voyage. Je suis certain que j'ai décrit cette expérience à beaucoup de gens plusieurs fois. C'est juste une partie de ma chimie. La chose la plus importante est ce que je vois maintenant. Le passé est présent." L'hypermnésie est aussi active quand les 4 parlent de leur enfance et s'en souviennent comme d'une époque très prometteuse, ou quand ils se racontent des histoires tristes de leur passé, ou qu'ils se lamentent sur les occasions manquées.

Lorsqu'un 4 pratique l'hypermnésie, il voit la situation passée à travers ses propres yeux, en première position, comme les choses avaient été vues à cet instant-là. Ceci signifie que le 4 éprouve à nouveau tous ou la plupart des sentiments qu'il a ressentis lorsque l'événement s'est produit la première fois. Si un 4 se rappelle avoir été traumatisé ou rejeté, il n'est souvent pas capable de faire plus que de copier ce qu'il était pendant l'expérience d'origine. Faites le contraste avec le fait de revivre un souvenir en vous voyant vous-même dans l'image, comme en regardant une vieille photographie à partir de votre perspective actuelle. Vous tendez à ressentir beaucoup moins de sentiments que vous en aviez eus à l'époque et vous gardez votre âge actuel avec l'éventail total de vos capacités adultes.

Retourner dans le passé si complètement produit souvent une régression en âge, l'expérience de vous sentir plus jeune que votre âge réel. Lorsque vous revivez une expérience comme elle s'est produite, vous retournez émotionnellement à cet âge. Chez les 4, la régression en âge peut conduire à des attitudes de vie immatures dans lesquelles les 4 se sentent comme un enfant ou une victime. Le célèbre et malheureux poète français Baudelaire définit le génie comme "l'enfance retrouvée à volonté", parce que sa propre enfance a été flétrie par le rejet de sa mère à son égard et par sa jalousie de garçon vis-à-vis du second mari de celle-ci. Comme ses biographes l'ont souligné, Baudelaire n'avait pas besoin de retrouver son enfance, parce qu'il n'en était jamais sorti.

Induction hypnotique de création de souffrance

Un éléphant et une fourmi se rencontrent et tombent instantanément amoureux l'un de l'autre. Ils passent une nuit sauvage et frénétique sous les étoiles faisant l'amour follement et passionnément. Au matin, la fourmi s'éveille et découvre que, durant la nuit, l'éléphant est mort. "Misère !, dit la petite fourmi, contemplant le vaste corps de l'éléphant, C'est toujours comme cela que les choses se passent : une nuit de passion et maintenant je dois passer le reste de ma vie à creuser une tombe !"

Tandis que les 7 essaient défensivement de contrôler leur souffrance en restant de bonne humeur et en faisant de la limonade avec des citrons et des taupinières avec des montagnes, les 4 désintégrés font l'inverse. Au lieu de contrôler la souffrance, ils pratiquent l'induction de création de la souffrance, la capacité de s'induire de façon auto-hypnotique de la souffrance. Les 4 créent de la souffrance émotionnelle, et quelquefois physique, pour satisfaire une variété de leurs besoins inconscients

Un besoin est d'exister. Dans la transe de leur style de l'Ennéagramme, les 4 sont centrés sur les émotions, identifiés à elles et concentrés sur leurs sentiments. En fait, ils croient souvent qu'ils sont leurs sentiments. Ne pouvant atteindre leurs sentiments réels, ils créent des pseudo-sentiments de souffrance qui ancrent et soutiennent leur identité. Si un 4 ne souffre pas, il n'existe pas. Pas de chagrin équivaut à pas de Soi.

Les 4 créent aussi une souffrance subjective pour maintenir leur sentiment d'être spécial. Leur logique inconsciente est : "Si j'arrête de souffrir, je serai juste comme n'importe qui d'autre : ordinaire. Un autre pignon terne et anonyme de la machine sociale. Ma souffrance me distingue et me donne ma sensibilité, mon intensité et ma créativité."

Le sentiment du 4 d'être spécial est relié ensuite au sentiment d'être aimé. S'il ne souffre pas, alors il n'est pas spécial et il peut être indigne d'amour. Une cliente 4 rapportait qu'elle se sentait harcelée par son critique intérieur, une voix coléreuse de 1 qui produisait une sensation de souffrance intérieure constante. Quand je lui demandais de se concentrer sur cette voix, elle vit soudain l'image d'un singe assis sur son épaule. Elle demanda si je pouvais l'aider à faire partir le singe ou le rendre silencieux.

Je lui rappelais que l'amour prenait plusieurs formes et que nous transportons avec nous des versions vieilles et même punitives de l'amour. Je lui demandais si elle avait la sensation d'être déficiente, comme les 4 l'éprouvent souvent. Elle répondit que oui. Je lui demandais alors si cette sensation de déficience la faisait se sentir différente, spéciale, unique et même aimée. En souriant, elle concéda que oui.

"Ainsi, le singe te critique pour t'aider à te sentir aimée. Et tu veux que je fasse partir le singe ou que je le fasse taire. Donc tu cesseras de te sentir aimée ?" La femme rit et reconnut que peut-être son singe — et son autocritique — avait un but après tout.

Les 4 se font aussi souffrir pour se protéger. S'attendant à être rejetés, ils battent le monde à coup de poing, anticipant les jugements du monde avec des auto-jugements encore plus dévastateurs. Ils se sentent alors en sécurité et, paradoxalement, la possibilité d'être accepté semble menaçante. Comme un 4 le décrit : "Je me rejette avant que vous ne puissiez le faire. J'aurai seulement à assumer que je suis triste et non désiré. Si je vois n'importe quel signe de votre désintérêt, je provoquerai ce désintérêt, pour éviter la surprise de votre réaction réelle envers moi."

Parfois, la souffrance du 4 est connectée à l'image qu'il a de lui d'être une victime. Un 4 se souvenait avoir sous-loué le minuscule appartement d'un ami, en échange de nourrir de criquets la tarentule de son ami. "C'était une métaphore triste de ma vie, dit-il en souriant. Vous commencez par cinq criquets tôt dans la semaine et leur chant est ce son beau et joyeux lorsque vous allez vous coucher. Tandis que les jours passent, le son devient de plus en plus léger, jusqu'à ce qu'il ne soit plus qu'un piaulement effrayé et pathétique. Et je me sentais comme ce pauvre chant."

Les 4 créent aussi une souffrance intérieure pour découvrir comment ils se sentent réellement. Si un 4 fait des choses assez intenses, toutes les illusions dans lesquelles il est pris éclateront et le 4 arrivera à leur fondement véritable ; c'est une tentative pour couper sa propre confusion émotionnelle. Comme le dit un 4 : "Créer un drame interne enflamme l'énergie, crée une humeur et un ressenti de soi-même dans le corps."

Les gens qui s'automutilent physiquement ont souvent ce but. Les "coupeurs" comme ils sont appelés, tranchent leur peau à dessin, cassent leurs propres os ou s'automutilent autrement. Une "coupeuse" 4 expliquait le but de se taillader méthodiquement les bras et les jambes jusqu'à ce qu'elle soit hospitalisée : "La partie principale de cela était de savoir que j'étais réelle. Avec du sang dégoulinant le long de mes bras, j'étais réelle."

Les 4 peuvent aussi se mettre en souffrance pour éviter l'intimité. Être en relation avec les autres peut révéler les façons dont un 4 est absolument ordinaire, une entrée dans l'ombre du 4. La souffrance maintient les autres à distance. Elle peut aussi être le prix pour rester connecté à une introjection. Il est plus sûr de se languir d'un autre indisponible que de risquer d'être rejeté par une personne proche de vous.

Les 4 induisent aussi de la souffrance pour punir (la mémoire de) parents intrusifs ou distants. Lorsque des 4 multiplient des actions autodestructrices et imprudentes, un petit enfant en eux dit souvent : "Je vais te punir en me faisant du mal. Je serai éjecté de mon cheval et tué, alors tu seras désolé. Après que je sois parti, tu verras quelle fleur rare j'étais. Je hanterai mes funérailles et te regarderai verser des larmes, inconsolable car je serai parti." Ce fantasme est hostile et punitif, une petite vengeance d'enfant. Les 4 peuvent aussi punir les personnes dans le présent d'une façon similaire : "Je vais me rendre indigent et misérable jusqu'à ce que tu m'aimes inconditionnellement."

Être en souffrance donne aussi aux 4 le droit de blâmer, ce qui les aide à rester enfant. Un thérapeute rapporte : "J'avais une cliente 4 qui était très attachée à une image d'elle comme étant perdue d'avance et défectueuse. Elle était brillante et aimait lire les biographies d'autres personnes brillantes et tourmentées. Elle venait d'une famille très dysfonctionnelle et avait été abusée par de nombreux adultes. Si elle avait pardonné aux gens de son passé, cela les aurait d'une certaine façon dédouanés, et signifierait que ce n'étaient pas de si mauvaises personnes. Alors, il ne serait plus resté personne à blâmer."

Se causer de la souffrance peut aussi donner aux 4 un sentiment paradoxal de "chez soi", à la façon dont les expatriés savourent une mélancolie aigre-douce quand ils se languissent de leur lointaine patrie d'origine. Certains expatriés évitent toujours de retourner dans leur pays d'origine, parce qu'ils ont peur que l'expérience réelle les déçoive, comparée aux souvenirs et aux images de leur "chez eux". Malgré leurs sentiments de souffrance, les 4 restent connectés à leurs racines et l'exil devient leur "chez eux".

Clés de changement

Les 4 peuvent être motivés à changer pour des raisons multiples :

  • des conflits à propos de leur identité,
  • le désir de résoudre leur sentiment d'aliénation et d'inadéquation avec le monde extérieur,
  • des blocages de leur créativité,
  • le désir de dépasser la souffrance psychique née de leur piètre estime d'eux-mêmes et de leur haine vis-à-vis d'eux,
  • des maladies chroniques mystérieuses ou bizarres.

De nombreux 4 sont des "apprenants", spécialement à propos de leur vie intérieure et certains recherchent l'aide de la thérapie pour approfondir leur connaissance d'eux-mêmes. Leur curiosité à propos de leur fonctionnement psychologique peut être à la fois une motivation et un allié dans le travail de changement. Alors qu'ils sont souvent très conscients des sentiments provoqués par leurs images, rôles et histoires, les 4 peuvent ne pas être en contact avec ce qu'ils sentent réellement. Ils peuvent venir en thérapie comme si cela faisait partie de leur quête d'identité réelle et de vie authentique. Un 4 dit : "Tant de choses peuvent être exprimées dans le mot authenticité. Mon expérience est que je suis simplement non réel. J'agis à partir de tous ces rôles et me demande à moi-même : Qui suis-je ? Quel est mon Moi réel ?"

Certains 4 sont motivés par l'ennui pour changer. Ils disent que vivre dans leurs sentiments, souvenirs et fantasmes émotionnels devient ennuyeux. Leur noyau interne de tristesse est toujours le même et y retourner constamment les ennuie de plus en plus. "La nostalgie n'est plus ce qu'elle était", raille un 4, faisant écho à la vieille blague. La réalité, par contraste, commence à paraître plus intéressante, car elle change constamment.

Les problèmes présentés aux thérapeutes et aux consultants peuvent inclure : la dépression, un sentiment de tourment ou d'aliénation, une insatisfaction dans leurs relations, la volonté de se connaître mieux, de résoudre un sentiment de tristesse chronique ou de faille intérieure, des symptômes médicaux mystérieux ou de l'anorexie.

Généralement, les bons objectifs pour changer sont : apprendre à prendre le matériel brut de votre subjectivité et le transformer en quelque chose de tangible, trouver des formes satisfaisantes d'auto-expression, accepter la réalité objective et apprendre à aimer le réel, y compris ses imperfections, contribuer à faire une différence positive dans un monde d'avec lequel vous vous sentiriez détaché sinon, exprimer votre colère de façon constructive au lieu de la retourner contre vous. Les 4 qui veulent changer doivent souvent définir à quelles conditions ils peuvent s'accepter, et en prendre la responsabilité. Ils peuvent aussi avoir besoin d'être honnêtes à propos de leur attachement au fait de se rejeter eux-mêmes, et des avantages qu'ils ont à se maintenir en souffrance. Bien que quelques 4 ne sont pas plus chaud à cette idée qu'un chat à celle de prendre un bain, l'exercice régulier est spécialement aidant pour les personnes de ce type, comme l'est aussi le fait de développer un bon sens de l'humour.

J'ai entendu une histoire une fois à propos d'un prince lunatique qui devint dépressif et appela tous les sages du royaume de son père pour l'assister. Il leur demanda un objet magique qui pourrait équilibrer ses humeurs. Ainsi lorsqu'il serait dépressif, il pourrait le regarder et devenir heureux ; quand il serait heureux il pourrait voir l'objet magique et se souvenir de la tristesse de la vie. Les hommes sages payèrent un artisan pour créer un anneau ordinaire avec l'inscription "Cela aussi passera." Apprendre comment aplanir les sentiments et mettre les choses dans un contexte et une perspective est spécialement important pour les 4. Les gens de ce style ont besoin d'apprendre à utiliser leur subjectivité avec légèreté, la respecter et la consulter, mais éviter de s'y prélasser. Lorsqu'ils sont intégrés, les 4 se spécialisent dans le contentement, le contraire émotionnel de l'envie.

Les thérapeutes et les consultants qui ne connaissent pas l'Ennéagramme peuvent involontairement décrire les 4 comme étant leurs clients les plus difficiles et inquiétants. Les clients 4 très désintégrés peuvent être imprudents, impulsifs et tourmentés de façon mélodramatique. À leur pire, ils sont émotionnellement demandeurs, ils ne respectent pas les limites professionnelles et font du chantage aux thérapeutes avec leurs menaces implicites d'automutilation ou de suicide.

Les clients 4 peuvent donner trop de responsabilité aux thérapeutes, d'abord pour vous glorifier de manière romantique comme leur sauveur et plus tard être déçus et vous infliger une défaite. L'un ou l'autre des pôles indique un manque de responsabilité et de motivation (le client essaye de vous transformer en un parent) et vous pouvez vous demander si le 4 est dans votre bureau pour changer réellement ou juste pour manifester encore plus de drames. Occasionnellement, les clients 4 croiront qu'ils sont pour vous un cas fascinant à prendre en charge, ou ils étaleront leurs tourments afin que vous pensiez qu'ils sont un défi unique à relever. Ils peuvent aussi développer des rivalités imaginaires avec vos autres clients.

Les 4 sont souvent de bons sujets hypnotiques et peuvent être des explorateurs de bonne volonté de leur vie intérieure. Bien qu'ils soient capables d'expériences positives riches, ils peuvent aussi s'effondrer spontanément dans des souvenirs douloureux. Si vous pratiquez l'hypnose, l'imagerie guidée ou n'importe quelle thérapie avec une focalisation vers l'intérieur, il peut être occasionnellement nécessaire d'employer l'anti-hypnose pour aider un client 4 à sortir de la transe de sa subjectivité. Vous pouvez aussi vouloir évoquer un nombre d'expériences positives que vous pourrez rappeler plus tard si le 4 devait s'enliser dans des souvenirs douloureux.

Certains 4 désintégrés sont capables d'inventer des explications historiques pour expliquer leurs réactions, sentiments et humeurs. Cependant, il est habituellement plus utile de les mettre en contact avec le présent immédiat qui cause leurs réactions – "Je suis dépressif parce que ma petite amie me critique le matin au petit-déjeuner" — plutôt que des causes globales du passé — "Même quand j'étais tranquille dans l'utérus, je savais qu'il y avait quelque chose qui n'allait pas en moi."

Un thérapeute peut aussi conduire certains clients 4 loin des questions de type "Pourquoi ?" comme "Pourquoi suis-je comme je suis ?" et plutôt mettre l'accent sur des questions de type "Comment ?" telles que "Comment est-ce que je crée mes difficultés présentes et la réalité subjective à l'aide de souvenirs ?" ou "Comment le fait d'avoir mon problème me sert-il d'une certaine façon ?" N'importe quelle prise de conscience issue de ces questions mènerait le 4 vers le monde plutôt que de l'en éloigner.

Dans une large mesure, quand vous travaillez avec des 4 désintégrés, vous traitez la dépression et n'importe quelle approche réussie que vous ayez pour travailler avec la dépression peut être pertinente ou modifiable. L'hypnothérapeute Milton Erickson avait l'habitude de donner à ses clients dépressifs des tâches comportementales qui les propulsaient invariablement dans la participation à la vie et les connectaient avec les autres. Il demanda une fois à une femme seule et dépressive qui aimait jardiner de faire pousser une douzaine de plantes en pot et d'en donner une à chaque membre de son église. Les membres de l'église surpris et reconnaissants réagirent en l'invitant à manger et en l'incluant dans les événements sociaux au sein de l'église. La femme se fit de nombreux nouveaux amis et fut sortie de son isolement et intégrée dans sa communauté. Cette sorte d'approche pourrait aisément fonctionner avec un client 4 dépressif.

Travailler avec la tristesse

Il existe un groupe de thérapie qui se rencontre régulièrement dans un centre de retraite où j'enseigne parfois. Leurs sessions durent typiquement du vendredi soir jusqu'au dimanche matin. Le vendredi, les membres arrivent à la réunion enthousiastes, comme un groupe d'amis heureux de se revoir et de se libérer de leurs vies chargées où ils fonctionnent avec énergie et compétence.

Lors du déjeuner, le dimanche midi, toutefois, quelque chose avait changé. Les membres du groupe avaient commencé à parler en murmurant et semblaient avoir des affects déshydratés de fantômes. Ils marchaient tranquillement autour du centre de retraite, regardant et agissant juste comme s'ils venaient de donner leur sang. Ils avaient aussi régressé en âge ; alors que le vendredi, ils étaient des adultes matures, un jour plus tard ils avaient perdu des décades et agissaient comme s'ils avaient entre un et neuf ans.

Le postulat de base du thérapeute qui conduit le groupe est que les limitations présentes sont causées par des traumatismes non résolus du passé, ce qui n'est pas une prémisse thérapeutique déraisonnable. Selon lui, la solution à ces limitations est de se rappeler et de revivre totalement le traumatisme passé, une notion moins certaine. Le cadre de l'atelier inclut des conférences et des exercices, mais il y a une règle majeure : si quoi que ce soit rappelle à un membre du groupe une expérience de sa prime enfance, particulièrement une expérience douloureuse, le groupe entier doit tout arrêter et se focaliser sur cette personne. Il ou elle est alors encouragé(e) à revivre l'expérience comme elle s'est passée, ressentir à nouveau tous les sentiments et les exprimer verbalement, émotionnellement et même physiquement, pratiquant ce que Robert Ornstein nomma une fois le "yoga colérique".

Les membres du groupe expriment leur régression en âge en devenant soudainement incompétents aux tâches adultes. Un samedi après-midi, par exemple, une femme du groupe essaya d'utiliser la grande machine à café italienne du centre de retraite. Lorsque la machine fonctionna mal, ce qui arrivait parfois, la femme répondit en gémissant, de façon impuissante et sourdement. La propriétaire du centre, une femme affable et sensée, tomba sur la scène et prit la femme en état de régression par les épaules, la fixa dans les yeux et lui ordonna "Arrêtez !" La femme obéit docilement et resta debout passivement pendant que la machine était réparée. Après un jour de thérapie, elle avait environ l'âge de deux ans.

Le groupe a un grand baril d'argile humide qu'ils utilisent pour un exercice rituel le dimanche matin. Chaque membre est invité à sculpter une scène de son enfance. Tandis que peu de sculptures sont des scènes heureuses, la plupart sont cauchemardesques. Le centre de retraite occupe un vieux bâtiment qui est meublé d'antiquités et rempli de recoins et de couloirs irréguliers. Plus d'une fois, pendant que j'errais dans les halls, j'ai tourné à un coin et ai été effrayé par une grotesque silhouette d'argile à l'air torturé, séchant sur une table à l'air libre et qui ressemblait à la peinture Le Cri d'Evard Munch.

Vous pourriez imaginer que le groupe devrait avoir quelque chose de cérémonial et de thérapeutique avec les sculptures et la douleur qu'elles symbolisent. Intuitivement, cela pourrait faire sens de les plonger dans un lac. Au lieu de cela, à la fin de l'atelier, les sculptures sont cassées et retournent dans le baril pour être sauvées pour le prochain atelier. La règle du groupe est que la même argile, et donc la douleur qu'elle symbolise, doit toujours être utilisée et réutilisée.

Je suis sûre que ce type de thérapie pourrait fonctionner sur certaines personnes, mais cela imite précisément comment les 4 maintiennent leur transe personnelle. Recycler les souvenirs de souffrance est une tendance névrotique de ce style, et même si certains 4 racontent que revivre les traumatismes passés peut être une étape aidante, en tant qu'approche générale, ce type de thérapie rejoint la façon dont les 4 utilisent leur hypermnésie pour renforcer leur histoire, régresser eux-mêmes en âge et se sentir victimes.

Les 4 peuvent surestimer les prises de conscience et se perdre eux-mêmes dans des quêtes pour comprendre consciemment comment ils fonctionnent inconsciemment. L'introspection excessive, spécialement au sujet de leurs ressentis internes d'imperfection est souvent un piège. Cela résout rarement la souffrance d'un 4 ou son ressenti de déficience ; en fait, cela l'augmente généralement, provoquant de nouvelles tentatives pour remonter plus loin dans le passé, cherchant la prise de conscience-clé qui résoudra leurs problèmes et révélera leur véritable identité. Alors que le but est de résoudre ses sentiments de tristesse et d'aliénation afin que le 4 puisse un jour devenir à la fois aimable et fonctionnel, cette recherche peut aussi devenir une excuse : pendant que la quête du 4 est l'auto-compréhension, il n'a pas une chance de vivre pleinement aujourd'hui.

En général, si vous êtes un 4, vous devriez considérer les approches pour changer qui vous apportent :

  1. de sortir du passé pour être dans le présent et
  2. de sortir de vous-mêmes pour entrer dans le monde.

Beaucoup de 4 conscients d'eux-mêmes font écho à ceci et offrent leurs trucs pour y parvenir. L'un est de bouger physiquement. Comme l'explique un 4 : "Si vous et moi sommes des amis assis en train de parler et que j'ai un problème ou une étrange tristesse inexplicable, je ne pense pas que ce soit approprié que tu me demandes 'Comment te sens-tu ?'. Il serait plus efficace de dire 'Partons d'ici. Allons nous promener.' Bouger physiquement casse mon état émotionnel." Plusieurs 4 mentionnent qu'ils trouvent de la valeur dans un exercice léger mais régulier, ce qui est généralement aidant avec les tendances dépressives et pour faire réguler les humeurs.

D'autres 4 affirment la valeur du travail : "Mon meilleur remède contre la tristesse est de m'engager volontairement dans quelque chose, aller à l'école, avoir un travail. Pour moi, l'activité m'a aidé. Faire quelque chose de concret et terrestre, qui a une forme et une configuration, un début et une fin, qui donne l'impression d'avancer, qui améliore quelque chose, guérit quelque chose, ou construit quelque chose." Une autre 4, avec une histoire de dépression immobilisante, dit que si les choses vont mal, elle va rendre visite dans les hôpitaux et donne volontairement son temps à un refuge pour les sans-abri. Une veuve 4, devenue riche par la mort soudaine de son époux, trouva un travail ingrat qu'elle conserva jusqu'à ce qu'elle soit guérie de son chagrin.

L'enseignant spirituel, Alan Watts, un 4, fut une fois interpellé par un étudiant furieux pour savoir comment il conciliait ses enseignements spirituels et esthétiques avec la façon dont il commercialisait ouvertement ses produits : "C'est une question peu fructueuse", répliqua Watts. Quand les 4 grandissent et changent, ils ont souvent besoin d'apprendre à s'en tirer avec les détails pratiques de la vie courante, ce que William Blake, un autre 4, appelait les "détails-minute". De nombreux 4 qui se languissent dans leur subjectivité et se réveillent deviennent alors entreprenants et curieusement efficaces dans des tâches pratiques comme gérer de l'argent et évaluer les honoraires pour leurs services. De plus, lorsque les détails matériels de la vie sont correctement gérés, vous êtes plus libres d'être créatifs. Un 4, un chanteur inspiré qui avait souvent ignoré les sujets pratiques, réalisa finalement : "Je devais faire des choses pour faire vivre ma musique. C'est ainsi que ma musique pouvait éventuellement me faire vivre." Un autre 4 mit l'accent sur l'importance de vivre dans le présent : "Vous devez être attentif au moment présent et le rendre le meilleur possible. Faites-le compter. J'ai essayé de faire cela. Cela fait réellement une différence majeure pour moi. Je suis une personne plus heureuse."

Lire la suite ->

__________

Tom Condon dirige des ateliers et publie des livres, des CDs et des cassettes vidéo sur l'Ennéagramme. Pour obtenir un catalogue et des informations sur les ateliers, contacter : The Changeworks, PO Box 5909 Bend, OR 97708-5909. Ou appeler le +1 (541) 382 1894. E-mail: changewk@yahoo.com - http://www.thechangeworks.com