L'Ennéagramme de la communication
Grahame Morgan-Watson (Traduction par Isabelle Goury)

Alors que nous grandissons, passant de l'enfance à la vie d'adulte, il est probable que nous rencontrions des gens qui paraissent se comporter, penser et parler d'une façon différente de nous.

Il y a une différence entre l'entrepreneur qui se focalise uniquement sur la récompense financière ou le statut social, le correspondant de guerre qui se met personnellement en danger pour apporter des nouvelles, le travailleur sur le SIDA qui, en Afrique, risque sa santé pour soulager la souffrance des autres, et le serviteur fidèle qui se satisfait de la même routine quotidienne. On peut alors se demander "pourquoi les gens se comportent-ils comme ils le font ?", et proposer des réponses qui enrichissent beaucoup notre psychologie sur le comportement humain. Cependant, ces différences ont un impact énorme sur notre capacité à communiquer les uns avec les autres de manière efficace.

L'Ennéagramme offre une vaste compréhension des motivations centrales de notre propre comportement et de celui des autres. Plus important encore, il fournit une voie pour le développement personnel, et des indicateurs pour nous avertir quand nous régressons vers des états malsains et des schémas habituels de comportement. En soi, juste savoir pourquoi quelqu'un se comporte comme il le fait, n'allégera pas certains des problèmes qui surviennent quand deux personnes cherchent à travailler ensemble, vivent ensemble ou communiquent au sujet d'une préoccupation ou d'une idée nouvelle.

Don Riso et Russ Hudson ont élaboré une échelle, qui comprend neuf niveaux distincts de développement (le niveau 1 étant le plus développé et le niveau 9 le plus pathologique), et qui peut être subdivisée en trois aspects de notre personnalité, moyen, sain ou malsain. Sous stress, et sans une conscience suffisante, nous risquons de manifester des comportements qui indiquent, soit que nous sommes descendus d'un niveau, soit que nous commençons à ‘nous exprimer' à partir de notre point de désintégration, ou les deux.

Les problèmes dans la communication et les relations se produisent quand deux personnes se comportent habituellement à partir des niveaux inférieurs de leur type de personnalité. On voit cela en particulier à partir du niveau 5, dans les niveaux en dessous de la moyenne.

Riso et Hudson ont découvert que les relations qui sont éloignées de plus de trois niveaux rencontrent des difficultés. Ceci peut être problématique, même si vous travaillez sur vous pour maintenir une conscience saine et une présence, disons au niveau trois ou quatre. En effet, vous rencontrerez sûrement des gens dans votre travail et vos loisirs, qui peuvent ne pas avoir aussi conscience de leurs habitudes liées au stress, et qui peuvent parfois s'exprimer plutôt à partir des niveaux 6 ou 7.

Influencer d'autres personnes est quelque chose que nous faisons tout le temps, et pas toujours pour le meilleur. L'axiome "Notre exemple n'est pas juste une des façons d'influencer les gens, c'est la seule façon d'influencer les gens" est un rappel clair, afin que nous ayons conscience de nos propres habitudes, avant de condamner le comportement des gens avec lesquels nous avons des problèmes de relation.

Que cela nous plaise ou non, à moins de décider de nous isoler et de vivre comme des ermites, nous avons besoin de moyens de communiquer avec les autres qui s'adaptent à leur façon de penser, dans le but de les informer et de les influencer.

Ce n'est que quand nous sommes conscients et présents, libres de notre façon habituelle de penser et de nous comporter, que cela est possible. Il incombe aussi à la personne qui possède un état de présence et de conscience supérieur, d'accomplir le changement qui lui permettra de s'accorder à l'autre personne. Et là seulement, il est possible, mais pas toujours certain, que l'autre personne soit amenée à adopter des façons différentes de se comporter et de penser.

Cela a été scientifiquement démontré dans des études référencées dans le livre de Lynne McTaggart, The Field.

Suivant le théoricien des systèmes Ervin Laszlo, c'est comme si nous étions une radio et que notre "largeur de bandes" s'étendait quand nous nous détendons grâce à des états de conscience modifiée et par la méditation.

En utilisant des équipements qui enregistrent les modifications des schémas d'onde cérébrales d'une personne, Wiliam Braud est arrivé à certains résultats importants pour ‘le travail de l'Ennéagramme' et le travail avec les autres.

Dans les conditions des études de Braud, dans lesquelles deux personnes ont une largeur de bande ‘synchronisée', l'observateur qui a le plus grand degré de cohérence, ou d'ordre, influence les processus probabilistes du destinataire moins organisé. (The Field, p. 181)

Communication efficace

Vous accorder à une personne qui se comporte d'une façon malsaine ne veut pas dire que vous vous comportez de même. Cela conduirait les deux parties à descendre au niveau du conflit et ne ferait que rendre la situation confuse.

Le profil LAB (Language And Behavior) traite de la façon de s'accorder à une personne, en dessous des processus mentaux conscients. En étant à l'écoute de certains schémas de langage, on peut comprendre comment l'autre personne pense et, à son tour, comment elle préférerait qu'on communique avec elle.

Le fait de s'accorder au style de communication préférée de l'autre personne fait que, non seulement elle entend plus clairement ce que vous dites, mais il y a aussi plus de chance d'établir avec elle un rapport profond et d'influencer son comportement.

Il existe un modèle utile, le modèle TEA, qui démontre l'interconnexion entre nos pensées (Thoughts-Pensées), nos émotions (Émotions) et nos actions (Actions), et qui se relie bien à l'Ennéagramme.

Nos schémas de langage, l'utilisation de certains mots, la façon dont nous les utilisons et les disons (notre voix) sont tous des comportements influencés par nos représentations internes.

Nos émotions sont notre état intérieur, nos sentiments et nos valeurs ; nos pensées sont les croyances que nous avons, les processus internes et la nature de notre dialogue intérieur.

De façon concomitante, nos émotions et nos pensées sont influencées par nos actions.

Le TEA montre comment nos pensées, nos émotions et nos actions interagissent les unes avec les autres.

Dans la PNL, ceci est aussi connu comme le modèle de la Mercedes, en raison de sa ressemblance évidente avec le symbole de la voiture allemande.

Le modèle démontre le lien avec la triade des centres de l'Ennéagramme, les centres instinctif, émotionnel et mental.

On peut y penser comme à une pyramide à trois faces faite de gelée, chaque face représentant un aspect, pensées, émotions et actions. Toute perturbation sur une des trois faces aura des répercussions sur les deux autres.

Prêter une attention particulière aux types de mots et aux schémas de langage qu'une personne utilise, donne des indices précieux sur sa façon de penser. Ce qui à son tour peut vous aider à accorder votre langage à son style préféré de penser.

Les schémas mentaux qui influencent notre langage et notre comportement sont connus sous le nom de métaprogrammes.

Les racines du LAB

Les métaprogrammes sont apparus en tant que partie de la PNL (Programmation Neuro-Linguistique), à la fin des années 1970, à la suite des recherches de Leslie Cameron Bandler (avec David Gordon, Robert Dilts et Meribeth Meyers-Anderson). Comme leur nom l'indique, les "méta"-programmes concernent les programmes qui guident et dirigent les processus de pensée de l'autre. Ils définissent des schémas habituels ou typiques dans les stratégies ou les manières de penser d'un individu particulier (d'un groupe, ou d'une culture). Ils concernent surtout la façon dont nous percevons et filtrons notre expérience du monde, par opposition à la réalité.

La thèse de Noam Chomsky (Ph.D 1957) sur la Grammaire Transformationnelle était essentiellement axée sur la façon dont les gens modifiaient l'information qu'ils avaient collectée, afin de la communiquer aux autres.

Le temps que l'expérience soit déformée, généralisée et détruite, on ne passe au final que 1 à 2 % de l'expérience.

Rodger Bailey, qui a développé le profil LAB, a mis en pratique les concepts qui sous-tendent la Grammaire Transformationnelle, et a révélé en cela comment une personne transformait son expérience ; puis il a appliqué ces concepts aux métaprogrammes pour découvrir ce que signifie le fait qu'une personne transforme son expérience.

"Ce que nous avons découvert, c'est que quand une personne fait certaines erreurs de syntaxe (dans un contexte donné), cette personne a certains schémas comportementaux (dans ce contexte) qui sont similaires aux comportements d'autres personnes qui utilisent cette même syntaxe."

— Rodger Bailey, Développeur du profil LAB.

Shelle Rose Charvet est l'expert en profil LAB le plus important ; elle est l'auteur de Words That Change Minds et la présidente de Success Strategies of Canada qui assure des formations et délivre des certificats en profil LAB.

Voici un exemple de la façon dont on peut rencontrer ces traits : une personne à qui on demande de décrire une pièce particulière peut la décrire en donnant ses dimensions exactes, les différentes couleurs de chaque mur et sa localisation exacte, une description très spécifique ; alors que quelqu'un d'autre, à qui on demande de décrire la même pièce, peut juste dire "elle est grande et aérée", une description plutôt générale.

Le comportement associé à une orientation spécifique serait de s'attacher de près aux détails d'une situation. Ces personnes vont vraisemblablement utiliser dix mots quand deux ou trois feraient l'affaire. Elles vont rechercher des clarifications au sujet d'une instruction particulière, avant d'exécuter le travail. Et ensuite, elles prendront note, avec une grande attention, des différents aspects du travail, prenant par conséquent plus longtemps pour le terminer.

Une personne orientée Global n'aurait besoin de connaître que le résultat global à atteindre et éviterait de s'enliser dans les détails. Son comportement pourrait être d'agir à partir du schéma global, et elle présenterait des informations assez vagues par nature, donnant une réponse complètement non spécifique ou même non engagée aux questions. Bien sûr, cette personne peut toujours prendre le même temps pour produire le même travail, bien que certains buts vagues puissent être laissés non résolus.

Les métaprogrammes sont surtout linéaires, et donc une personne peut être extrêmement ou moyennement spécifique ou extrêmement ou moyennement global. Elle peut aussi être les deux… quelque part au milieu. De plus, on a montré que le métaprogramme variait en fonction du contexte. Les études de profil LAB révèlent que les gens peuvent être globaux dans le contexte où ils reçoivent des instructions, mais ensuite détaillés quand ils accomplissent le travail.

L'idée que les schémas LAB sont particuliers à un contexte, suggérerait qu'il n'y a pas de lien avec les types de personnalité. À vrai dire, on dissuade les formateurs en profil LAB comme moi-même, de suggérer qu'ils révèlent un quelconque aspect du type de personnalité ; et pourtant, certains schémas LAB d'un type ou l'autre, semblent très associés à certains profils de l'Ennéagramme.

L'exemple le plus évident est celui de "Choix contre Procédure". Ces deux schémas établissent la polarité de ce que le profil LAB désigne comme le trait motivationnel de la raison.

La définition en est : "Comment une personne aborde-t-elle le travail quotidien ? (Remarquez que le contexte est ici le travail). Est-ce qu'elle cherche sans cesse d'autres façons de le faire ou est-ce qu'elle préfère suivre des procédures établies ?" (Extrait de Words That Change Minds de Shelle Rose Charvet.)

La base de l'enquête

Pour les étudiants de l'Ennéagramme, le type 7 présente les caractéristiques des personnes ayant les plus fortes chances d'être en haut du rayon Choix, et pas seulement dans leur vie au travail. D'une façon similaire, les personnes du type 1 brilleraient comme les personnes les plus à même de faire une liste (une procédure) et de la suivre, point par point. Les 7 sont connus pour faire plusieurs listes, une approche Choix pour suivre les procédures.

Si ceci est vrai, alors il peut y avoir d'autres schémas qui ont des "axes" qui se relient au profil LAB ; ou alors est ce que la distribution ressemble plus à celle du groupe harmonique ou du groupe hornévien ? Les choses étant ce qu'elles sont, les types hornéviens se rattachent au profil LAB d'une manière significative.

Dans les groupes hornéviens, il y a les Gens Vers, les Gens Éloignés de et les Gens Contre. [Note du traducteur : Karen Horney utilisait en fait les termes dépendants, détachés et agressifs.] Le profil LAB a identifié que certaines personnes sont plus orientées Personne, se concentrant sur les pensées et les sentiments, alors que d'autres sont orientées Choses, plus intéressées par les systèmes et les outils. Les types hornéviens combinent l'élément Personne ou Gens avec le Vers et l'Éloigné de.

Les motivations Vers et Éloigné de sont largement utilisées pour motiver de façon significative les personnes qu'on forme. Une personne peut être motivée par quelque chose qu'elle a, mais ne veut pas (Éloigné de), ou par quelque chose qu'elle veut, mais qu'elle n'a pas (Vers). Une opinion largement répandue dans l'arène de la formation PNL, est que bien que la motivation Éloigné de soit puissante, elle peut créer un mouvement sans direction précise. Voici un axiome Éloigné de proposé par Peter McNabb, un formateur expert en PNL :

"C'est comme courir jusqu'à son magasin de quartier avec une liste des choses qu'on ne veut pas manger au dîner."

Par conséquent, quand on entraîne les gens à "atteindre" leur but (un schéma très Vers), on cherche en général à trouver ce qu'ils voudraient à la place de ce qu'ils ont pour l'instant. En d'autres termes, adoptez une motivation Vers. La PNL est basée sur la modélisation, c'est-à-dire découvrir ce qui fait que certaines personnes "excellent" invariablement dans les choses qu'elles ont décidé de faire, que ce soit le travail, le sport ou les loisirs. Dans la plupart des modèles en PNL, on a trouvé que les personnes très performantes avaient une forte motivation Vers.

Nous pourrions examiner les types de l'Ennéagramme, pour trouver ceux qui ont le plus de chance d'exceller. Probablement les types 3 et 7 ; alors cela signifie-t-il qu'ils sont principalement motivés 'Vers' ? Ce sont des questions de ce type qui sont derrière mes recherches.

J'ai cherché à éclairer les relations entre les ennéatypes et les schémas du profil LAB. S'il y avait un lien, serait-ce un type de personne, une aile ou un point de désintégration qui pousserait doucement la gelée TEA de nos pensées, émotions et actions ?

Dans la théorie de l'Ennéagramme, tous les aspects des neuf types sont en nous. Cependant, il y a un "type" qui prévaut, et influence la façon dont nous percevons le monde et agissons dans ce monde, type qui est considéré comme notre type de base.

Les traits du profil LAB que des personnes montrent dans un contexte donné peuvent ne pas être les mêmes dans d'autres domaines de leur vie. Par conséquent, on croit que les traits LAB (ou métaprogrammes) sont "à l'intérieur de nous" et disponibles "dans un contexte ou un autre".

Une opinion, qui n'est pas très répandue, est que, comme pour les types de l'Ennéagramme, il y a probablement un trait LAB "thème", que l'on peut identifier comme prédominant dans notre vie.

Si c'est le cas, alors je suggère que ces deux "pilotes" de notre comportement sont reliés. C'est-à-dire que les types de l'Ennéagramme ont en général certains métaprogrammes qui leur sont associés. On remarquera probablement plus ceux-ci, dans les niveaux moyens, avec des glissements possibles aux niveaux inférieurs malsains et supérieurs plus sains.

Pourquoi s'inquiéter

L'utilité du profil LAB est d'aider les gens à communiquer de manière plus efficace. Acquérir des compétences en LAB aide à relever des schémas de langage au moment où ils surgissent, et cela demande de la pratique.

Avoir un modèle de langage Ennéagramme de conscience de soi peut être utile pour le développement personnel. Si notre fixation est reliée à certains traits, alors nous pouvons en devenir plus conscients en remarquant les schémas et les préférences de notre propre langage, à la fois extérieurement avec les autres et intérieurement avec nous-mêmes.

En tant que coachs, vous pouvez découvrir pour vous-mêmes où et quand quelqu'un poursuit trop de choix différents et a besoin de se focaliser sur un seul point, afin d'avancer dans sa vie.

Lorsque nous évitons ou résolvons un conflit, nous avons probablement besoin d'être conscients du fait que les personnes concernées ont des chances de fonctionner à partir des niveaux moyens de leur type ; ceci est le sujet de notre intrusion initiale dans les types de l'Ennéagramme et le langage. Dans la deuxième partie de cet article, nous commencerons à explorer la façon dont le niveau de développement de chaque type est traduit par le LAB, en commençant par le type 1 pour aller jusqu'au type 5. La dernière partie terminera l'exploration avec les types 6 à 9 et elle présentera un tour d'horizon de la façon dont les ailes affectent le modèle, avec quelques suggestions sur les schémas du langage qui pourraient contribuer à des niveaux supérieurs de conscience et au développement personnel.

Le protocole

Les conclusions de cet article ont été produites :

  1. en établissant le profil LAB des questions du test complet RHETI (Riso Hudson Enneagram Type Indicator) et
  2. en établissant le profil LAB des descriptions comportementales des niveaux des neuf types, données dans la première partie du manuel de formation Riso-Hudson.

Les citations tout au long de mon article n'ont pas été publiées, leurs droits sont réservés par l'Enneagram Institute, et elles ne sont disponibles normalement qu'à ceux qui suivent la première partie du programme de formation professionnelle Riso-Hudson. Je suis reconnaissant à Don Riso et Russ Hudson de me permettre d'utiliser ce matériel pour cet article.

Une symétrie pour le conflit

Un modèle de communication, quel qu'il soit, n'est utile que s'il aide les gens à mieux se comprendre et à bien s'entendre.

Une des plus grandes causes de disputes et de ruptures dans les relations a lieu quand deux personnes rentrent chacune "en Interne". Chaque personne décide que seul son point de vue est correct, et elle n'envisage pas la possibilité que le point de vue de l'autre ait une quelconque validité.

Du point de vue de l'Ennéagramme, on peut aussi voir cela comme deux personnes qui se fixent de plus en plus sur leur propre personnalité. On doit néanmoins prendre en compte le fait que certains types de personnalité sont plus Externes.

Les traits Interne et Externe se rattachent à : "Où est-ce que la personne forme son jugement ?"

Quand quelqu'un est Interne, il prend la décision, il "décide par lui-même" de la validité d'un quelconque conseil ou recommandation. Quelqu'un avec un trait Externe, rechercherait la validité "à l'extérieur de lui".

Si vous vous dirigez vers une personne Interne et dites quelque chose comme "Ce que vous avez besoin de faire pour vous améliorer est de… bla… bla… bla", elle va prendre cela juste comme une information et elle n'acceptera pas votre recommandation ou alors elle la rejettera simplement.

Quelqu'un d'Externe pourrait très bien accepter votre recommandation.

À partir de l'expérience des formateurs et profileurs LAB, on peut remarquer que les gens peuvent paraître osciller entre Interne et Externe. Conscient de cela, ma théorie est que ces changements pourraient être spécifiques aux types, ou il se pourrait que la personne soit en fait Interne tout le temps et qu'elle ne fasse que donner aux autres le bénéfice du doute. Une autre possibilité est l'influence des traits des ailes.

Les types Externes (3, 6, 9)

La manière que prend l'Externe pour se manifester au niveau moyen est différente suivant les types de la triade.

Le type 9 dans la zone moyenne peut montrer une forme très manifeste de comportement externe. Les 9 moyens satisfont les demandes des autres, en étant d'accord avec leurs projets, en particulier ceux de leur partenaire. Le besoin de maintenir leur tranquillité d'esprit n'est rendu possible (dans leur esprit) qu'en apaisant les autres ; leur sentiment de paix intérieure dépend de facteurs externes. Ils se sentent bien en eux-mêmes, à condition que dans leur vie, tous les autres paraissent bien s'entendre.

Des problèmes surgissent inévitablement du fait de satisfaire toutes ces demandes et opinions différentes. Et dans certains cas, ils deviennent l'objet de la frustration et de la colère Interne des partenaires ; le blâme est opportunément rejeté sur la nature complaisante Externe du 9 moyen.

Le type 3 est ce qu'on appellerait dans les cercles LAB un Externe Inavoué.

Le comportement Externe est leur besoin d'exceller et d'être reconnu pour leurs réalisations par les autres. Avoir l'air en forme, conduire la version la plus récente du modèle d'une voiture, être vu en compagnie de gens de la haute société sont tous des comportements Externes, car ce sont des symboles et des consécrations d'un statut, pour lesquels les autres vont les admirer.

Leurs tentatives pour représenter les validations Internes du succès se manifestent par des recadrages, en changeant de poste-cible et en modifiant les critères de succès. Ce dernier trait serait Interne, si ce n'était leur besoin d'engager les autres dans leur nouveau jeu, dans lequel ils ne veulent que gagner.

Le conflit peut se produire de deux façons : soit en provenance de types Internes qui refusent de jouer le jeu, frustrant ainsi l'ego fragile du 3, soit en provenance de types Externes dont les louanges et l'admiration se trouvent diluées par leur tendance à louer, admirer et à être extérieurs à tout le monde.

La nature Externe du type 6 serait normalement difficile à détecter, sans la conscience intérieure de l'Ennéagramme (et mon propre comportement de 6).

Aux yeux des autres, les 6 semblent oscillent entre Interne et Externe. Recherchant conseil et protection de la part des autres, uniquement pour les provoquer et les rejeter ensuite.

Par exemple, une personne peut se présenter à vous comme Interne, mais être en fait Externe pour quelqu'un d'autre qui n'est pas dans la pièce à ce moment-là.

Les 6 moyens, quand ils ne sont pas Externes pour vous, sont Externes pour leurs guides intérieurs, leurs mentors et leur partenaire. En d'autres termes, ils sont Externes pour les autres Internalisés.

Inévitablement, ces Internes internes ont des points de vue conflictuels, conduisant par conséquent le 6 moyen au conflit, aussi bien à l'intérieur de lui-même, qu'avec les autres.

Les types Internes (1, 2, 4, 5, 7, 8)

Avoir un trait de motivation Interne n'est pas une recette automatique pour générer le conflit. Comme cela a déjà été mentionné, ce n'est que lorsqu'une fixation liée à des objectifs de l'ego se produit à l'intérieur de ce trait que le problème survient, ce qui est plus probable dans les niveaux moyens et malsains.

La validation Interne des types 1 provient du message de leur superego. Non seulement, ils jugent ce que les autres font, mais ils se jugent eux-mêmes. Le conflit pour un 1 provient de ses frustrations Internes, avec lui-même, parce qu'il ne vit pas au niveau de ses propres attentes, et avec les autres, parce que ceux-ci ne l'écoutent pas.

La validation Interne des types 2 provient de leur orgueil. Personne n'aime davantage qu'eux. Ils décident qui est digne de leur amour et si les compliments et les bonnes actions des autres à leur égard sont appropriés ou valides. D'une certaine façon, on peut voir les 2 moyens comme des Internes Inavoués. Il peut y avoir une expression extérieure de gratitude et d'humilité pour l'amour et les compliments offerts par les autres, alors qu'intérieurement, ils les rejettent. Le problème survient, quand seul le 2 sait ce qui est le mieux pour les autres, et qu'il rejette les préférences internes de l'autre personne

Les types 4 valident de façon Interne la manière dont ils sont différents des autres. Ils décident de ce qui est beau, de que penser des sentiments qu'ils ont, et de quelle est leur identité. Comme leur vue du monde dérive de leurs sentiments internes, la voix de jugement et sa validation sont internes. Le conflit peut survenir quand les autres ne voient pas comme ils sont spéciaux ou qu'ils remettent en cause l'image de soi Interne du 4.

Les types 5 et 1 peuvent être les types les plus internes. Aux niveaux moyens et bas, les 5 ne sont vraiment intéressés que par leurs propres intérêts particuliers. Avec leur attention soutenue aux détails, il est bien possible qu'ils deviennent experts dans un certain domaine de la vie. Ceci les conduit à croire qu'ils ont toutes les bonnes raisons de juger si l'information est valide ou non. Le problème est que le feedback quel qu'il soit, quand il revient vers une personne très Interne, est juste pris pour de l'information. Les conflits surviennent du fait qu'ils internalisent l'information d'expert, qui devient leur identité, et toute remise en question de l'une est prise comme une critique de l'autre.

Les types 7 décident si les choses sont ennuyeuses ou amusantes. Ils sont dirigés par le besoin de nouveaux stimulants et de sensations fortes. Les autres peuvent tenter de vanter les vertus d'une situation, d'un travail ou d'une fonction sociale actuels, ces tentatives seront rejetées par la douleur Interne, faite d'ennui et de sentiment de vacuité, qu'un 7 moyen peut ressentir, quand il n'a pas quelque chose de nouveau à attendre avec plaisir. Les conflits surviennent quand ils perçoivent que les autres entravent leur potentiel à s'amuser.

Afin d'assurer leur propre survie, les types 8 sont internes au sujet des règles à appliquer à l'environnement et aux gens. Aux niveaux moyens supérieurs, ils peuvent appliquer à eux-mêmes les règles qu'ils imposent aux autres. Mais les conflits surviennent quand les autres refusent de jouer suivant les règles des 8. Frustrés, les 8 des niveaux inférieurs continuent à exercer leurs règles, par la force si nécessaire, alors qu'intérieurement, ils jugent qu'ils peuvent faire ce qu'ils veulent pour satisfaire leurs besoins.

Le langage d'influence

Quand vous rencontrez des gens pour la première fois, il est conseillé de supposer qu'ils sont Internes vis-à-vis de vous.

L'utilisation du Langage d'influence interne peut aider à ouvrir l'esprit d'une personne, pour qu'au moins elle considère votre point de vue. Elle peut toujours "décider par elle-même" de la validité de votre opinion, et parfois, c'est le mieux que vous puissiez espérer.

Le langage d'influence interne

Le concept est simple. Quelqu'un d'Interne, qui est à un niveau moyen de développement, ne voudra pas admettre qu'il ne sait pas déjà quelque chose, et il ne voudra pas qu'on lui dise quoi faire ou quoi penser.

Voici quelques suggestions :

  • Supposez que l'autre personne sait déjà quelque chose, même si en fait elle ne le sait pas : "Je pense que vous êtes déjà conscient de l'importance de bla… bla… bla… Comme vous le savez déjà probablement…"
  • Utilisez le langage de la suggestion : "Je me demande si vous avez jamais envisagé… Je suis sûr que vous avez déjà pensé à…"
  • Laissez-les juger par eux-mêmes : "Vous êtes le seul à pouvoir décider si cela est bon pour vous… Vous êtes le seul juge…"
  • Et quand vous présentez du matériel pour examen : "J'ai réfléchi à une idée et j'aimerais avoir votre opinion… J'ai mis sur pied le rapport que vous avez demandé, mais il n'est pas vraiment parfait…"

Après avoir établi une ouverture dans la communication et avoir construit de bons rapports au sein d'une nouvelle relation, il peut être nécessaire d'établir la crédibilité. Personne dans les affaires n'aime les poules mouillées, ni les lèche-cul. C'est donc une bonne idée d'asseoir votre expertise ou votre spécialité. Vous pourriez le faire en utilisant les références Externes. Vous prenez ainsi en compte la possibilité que l'autre soit quelqu'un d'Externe, et cela aide à bâtir la crédibilité, au sein de laquelle la communication peut se dérouler respectueusement.

Le langage d'influence externe

Il peut être imprudent de supposer que même un 9 Externe va écouter chaque chose que vous dites de la même manière qu'il va écouter quelqu'un d'autre.

L'influence Externe est plus efficace quand elle est une recommandation qui s'appuie sur "Tous vos amis ont tendance à…", "Les gens qui réussissent le mieux, qui accomplissent de grandes choses utilisent…" ou "Les experts dans ce domaine disent…" Citer des recherches influencera les 6, ainsi que d'autres types, et en particulier chez les 5 aidera à valider vos opinions.

Pour aider la conversation à s'ouvrir, vous pouvez poser des questions sur ce que vous pensez qu'ils ont besoin ou sur ce qu'ils devraient faire. Dans le coaching, vous avez la responsabilité de vous souvenir, de procéder avec compassion, d'être prudent, et d'avoir une conscience éthique. Dans les affaires, vous pouvez bénéficier ainsi d'un certain temps, qui vous permettra de préparer quelques éléments bénéfiques.

Faire feu de tout bois

Avec tous les schémas de langage du profil LAB, s'accorder à chaque personne dans la pièce, tout comme parler à quelqu'un de nouveau, sera plus facile, si vous pouvez vous accorder à tous les schémas.

Utiliser l'Interne et l'Externe peut ressembler à quelque chose comme :

"Je pense que la plupart d'entre vous sont déjà conscients de ce que les personnes qui réussissent bien s'appuient sur leur capacité à communiquer efficacement."
"Eh bien des recherches récentes, menées par des experts dans le domaine de la communication, ont montré que la connaissance de l'Ennéagramme peut accroître l'efficacité de votre communication."

Les traits de motivation

Réactif - Proactif
La personne prend-elle l'initiative ou attend-elle les autres ?

Les Proactifs prennent l'initiative, agissent avec peu ou pas de considération, sautent dans les situations sans réfléchir ou analyser, foncent en avant comme un bulldozer avec ce qu'ils veulent, utilisent des phrases courtes, des substantifs, des verbes actifs, parlent comme s'ils contrôlaient leur monde et sont très directs. Allez, plonge ! Fais-le, c'est tout. Vas-y ! …

Les Réactifs attendent que les autres commencent, prennent en considération, analysent sans agir, veulent comprendre parfaitement et évaluent la situation avant de faire quoi que ce soit, utilisent des phrases incomplètes où le sujet ou le verbe manque et des phrases longues et alambiquées, parlent comme si le monde les contrôlait, pensent de façon excessivement prudente (considération, compréhension ou quand les conditions sont bonnes). Voudraient, pourraient, il se pourrait, il se peut.

Vers - Éloigné de
La personne est-elle motivée par un objectif ou par quelque chose à éviter ?

Les personnes Vers (ou Recherche) sont focalisées sur leur objectif, gèrent bien les priorités et ont des problèmes pour reconnaître ce qui devrait être évité ou pour identifier les problèmes. Motivées pour obtenir, réussir, réaliser, être inclus.

Les personnes Éloignées de (ou évitement) reconnaissent facilement ce qui devrait être évité, ce dont on devrait se débarrasser, ce qui pourrait aller de travers, peuvent avoir des problèmes à se maintenir focalisées sur leur objectif, peuvent facilement être distraites, se sentent obligées de répondre aux situations négatives, ont leur attention attirée par tout ce qui va mal, sont de grands conciliateurs. Se débarrasser de, l'exclusion des situations, des choses, des problèmes non désirés.

Interne - Externe
La personne trouve-t-elle sa motivation dans des sources externes ou dans des normes et des croyances internes ?

Les Internes décident seuls de la qualité de leur propre travail, ont des difficultés à accepter les opinions des autres ou une direction provenant de l'extérieur, peuvent réunir de l'information provenant des autres, mais décident par eux-mêmes, peuvent mettre en doute l'opinion ou la réaction des autres. Il n'y a que toi qui saches, décide par toi-même, demandez-leur leur avis.

Les Externes ont besoin de l'opinion des autres et d'une direction provenant de l'extérieur, sont motivés quand quelqu'un d'autre décide, ont besoin de feedback pour savoir que ce qu'ils font est bien, peuvent avoir du mal à commencer ou à continuer une activité, sans un certain type de retour, ont besoin de comparer leur travail à une norme ou à un standard. Les autres vont remarquer, les experts ont dit, suivant mon expérience.

Choix - Procédure
Comment la personne aborde-t-elle le travail quotidien ? Est-ce qu'elle cherche sans cesse à trouver d'autres façons de le faire, ou est-ce qu'elle préfère suivre des procédures établies ?

Les personnes Choix sont motivées par les occasions et les possibilités de faire quelque chose d'une façon différente, peuvent créer des procédures mais ont des difficultés à les suivre, cherchent toujours à trouver une meilleure façon de faire les choses, font des listes avec leurs critères. Occasions, possibilités, choix, variété.

Les personnes Procédure suivent un processus arrêté, croient en une "bonne" façon de faire les choses, peuvent suivre une procédure à de nombreuses reprises, peuvent se sentir perdues si elles n'ont pas de procédure, estiment important d'achever la procédure une fois qu'elle est commencée, racontent facilement l'histoire de "pourquoi" et "comment" elles en sont venues à faire une certaine chose, donnent habituellement les faits et les événements qui ont conduit à la situation actuelle. Point par point, la bonne manière, d'abord… et ensuite…. puis… etc.

Similitude – Similitude avec exception ou Différence
Comment la personne réagit-elle au changement ; la motivation à changer provient-elle d'une "différence" perçue ou d'une "similitude" ?

Comme le modèle est linéaire, il y a trois catégories, avec une quatrième combinaison.

Les personnes Similitude veulent que leur monde reste le même, n'aiment pas le changement et peuvent refuser de s'adapter, peuvent accepter un changement après dix ans, mais n'en sont l'instigateur qu'après quinze ou vingt-cinq ans seulement, remarquent ce qui est pareil, identique, ce qu'elles ont en commun, perçoivent les choses comme immuables, traditionnelles, classiques et stables.

Les personnes Similitude avec exception aiment les situations où elles peuvent "évoluer doucement", au fil du temps, ont besoin de changement tous les cinq ou sept ans, mais accepteraient un changement annuel, sont résistantes aux grands changements, considèrent que les situations ou les choses sont meilleures ou pires, plus ou moins, établissent des comparaisons et se focalisent plus sur le voyage que sur le fait d'arriver à destination.

Les personnes Différence aiment le changement, veulent qu'il y en ait tout le temps et qu'il soit important, aiment que le changement soit révolutionnaire et en veulent tous les un à deux ans, résistent habituellement aux situations stables, décrivent comment les choses sont complètement différentes, nouvelles, transformées, uniques, se focalisent sur la destination et ignorent le voyage.

Les personnes Similitude avec exception et Différence sont à l'aise à la fois avec les évolutions et les révolutions, aiment changer tous les trois ans, utilisent à la fois le langage Similitude avec exception et le langage Différence.

[Note : les données sur les changements d'échelle de temps proviennent des recherches menées par Roger Bailey dans le contexte du travail.]

Processus Internes

Spécifique - Global
Quelle est la taille du morceau d'information que la personne peut correctement gérer ?

Les personnes Spécifique gèrent mieux les petits morceaux d'information, peuvent avoir des difficultés à percevoir la vue d'ensemble et ne pas voir la forêt à cause des arbres, traitent l'information séquentiellement, point par point, dans tous ses détails. Séquences, point par point, spécifiquement, précisément, des adverbes, beaucoup de modificateurs.

Les personnes Global préfèrent travailler sur la vue d'ensemble ou au niveau conceptuel, bien qu'elles puissent aussi se concentrer sur les détails pendant un court laps de temps, peuvent présenter leurs idées dans n'importe quel ordre et peuvent s'énerver quand il y a "trop de détails", peuvent présenter les choses dans un ordre aléatoire. Vues d'ensemble, le tableau entier, résumés, concepts, abstractions, peu de modificateurs ou de détails.

Soi - Autre
La personne répond-elle aux comportements non verbaux et en manifeste-t-elle ?

Les personnes orientées Soi ne montrent pas beaucoup d'émotions, mettent un certain temps à réagir à un stimulus, peuvent avoir des difficultés à établir un rapport parce qu'elles ne remarquent pas le langage du corps des autres personnes, et par conséquent elles ne saisissent pas de nombreuses répliques, peuvent manifester une absence de réponses comportementales comme le hochement de tête,"savent" si la communication se passe bien en se basant sur leurs propres sentiments.

Les personnes orientées Autre ont des réactions réflexes automatiques aux comportements des autres, sont animées et répondent aux mouvements faciaux des autres, aux mouvements du corps et aux changements dans le ton de la voix, savent comment la communication se passe en se basant sur les réponses qu'elles observent, répondent à la fois au contenu et aux aspects non verbaux de la communication, vont hocher de la tête et bouger leur corps pour répondre. Animées.

Réponse sous stress : Sentiments - Choix - Réflexion
Dans un environnement donné, comment une personne réagit-elle au stress ?

Les personnes Sentiments ont des réponses émotionnelles aux niveaux normaux de stress d'un environnement donné, entrent dans leurs émotions et y restent, ont du mal à gérer les situations et les postes avec un niveau de stress élevé, se sentent à l'aise dans le travail artistique ou créatif où l'émotion fournit le jus, ont tendance à plonger dans la situation quand elles racontent l'histoire, vont montrer la réponse émotionnelle (la posture corporelle, la tension musculaire du visage et les changements du timbre, du ton et du volume de la voix) qui fut la leur dans cette situation, restent dans cet état émotionnel après avoir raconté l'histoire et mettent du temps à en sortir.

Les personnes Choix ont d'abord une réponse émotionnelle aux situations de travail normalement stressantes, puis dans une situation donnée, retournent ou non à un état neutre, suivant ce qu'elles désirent, peuvent comprendre ce que ressentent les autres ou choisir de ne pas le faire, peuvent au début montrer les signes d'une réponse émotionnelle, mais ensuite être capables d'en sortir, peuvent y retourner pour un moment pendant le processus de transmission de l'épisode stressant, mais en sortiront à nouveau.

Les personnes Réflexion n'ont pas de réponses émotionnelles aux situations normalement stressantes, du mal à comprendre ce que ressentent les autres, ne paniquent pas dans la plupart des situations critiques, mais restent plutôt calmes et conservent toute leur présence d'esprit, n'étudient pas leurs émotions.

Manière de travailler
Quel est le type d'environnement qui permet à la personne de travailler le mieux : seule, avec les autres autour d'elle, ou en partageant les responsabilités ?

Les personnes Indépendantes veulent travailler seules et être entièrement responsables, peuvent perdre le fil de leurs pensées quand les autres les interrompent. Je fais les choses moi-même, ma responsabilité. Font les choses seules et ne parlent pas des autres.

Les personnes Proximité veulent un domaine de responsabilité clairement défini, mais ont besoin d'avoir d'autres personnes autour ou concernées, voient leur productivité baisser si elles doivent travailler seules, ou partager la responsabilité avec d'autres, peuvent mentionner ou pas les autres, mais ont un type d'activité qui nécessite la présence d'autres personnes. Disent : "Je l'ai fait."

Les personnes Coopératives veulent partager la responsabilité avec les autres, ont des problèmes avec les échéances et pour finir les tâches si elles doivent travailler seules, incluent les autres, partagent la responsabilité dans leur travail, utilisent des mots comme nous, notre et ensemble.

Personne - Chose
La personne se concentre-t-elle plus sur les pensées et les sentiments, ou plus sur les idées, les systèmes et les outils ?

Les personnes orientées Personne sont centrées sur les sentiments et les pensées (les leurs ou ceux des autres), accordent une telle importance aux sentiments qu'ils peuvent devenir la tâche elle-même, organisent leur travail de telle façon qu'elles peuvent se focaliser sur les gens et sur leurs sentiments, sont habituellement bonnes pour établir la relation, parlent des gens, des émotions et des sentiments, utilisent des pronoms personnels et nomment les gens.

Les personnes orientées Chose se concentrent sur les produits, les idées, les outils et les systèmes (les choses), traitent les gens plutôt comme des objets et les idées comme des choses, sont orientées vers la tâche et croient que les émotions n'ont pas de place dans le monde du travail, veulent que "les choses soient faites", parlent de processus, de systèmes, d'outils, de buts et de tâches, ne parlent pas souvent des gens et se réfèrent habituellement à des pronoms impersonnels comme "ils" et "vous".

Règle - Structure
Quelles sont les règles de comportement que la personne applique à elle-même et aux autres ?

Mes/Mes : mes règles pour moi et mes règles pour vous. Ces personnes croient que ce qui est bon pour elles conviendra aussi aux autres, sont prêtes à communiquer leurs règles aux autres.

Mes/-- : mes règles pour moi et je ne me soucie pas de vous. Il n'y a pas de mauvaise intention ; c'est juste que les autres n'entrent pas en ligne de compte.

Pas/Mes : pas de règles pour moi (ou je n'en connais pas), mais j'ai des règles pour vous. Ces personnes n'ont aucune directive pour elles-mêmes, mais une fois des règles posées, sont tout à fait prêtes à les imposer aux autres.

Mes/Vos : mes règles pour moi et vos règles pour vous. Ces personnes ont une politique et des règles pour elles-mêmes, mais elles peuvent hésiter à les passer aux autres parce qu'elles croient que chaque personne est différente ; elles peuvent percevoir les deux faces d'un problème et donc ne pas exposer leurs attentes.

À suivre… le mois prochain.

__________

Grahame Morgan-Watson est enseignant Riso-Hudson diplômé en Ennéagramme, consultant et formateur Prolife diplômé en LAB (Language And Behavior) et formateur INLPTA en PNL. Il est le président-directeur-général de MetaMe Ltd au Royaume Uni, assurant des Compétences en Communications Avancées (Enhanced Communication Skills). En tant que membre du réseau régional R.U. de l'Enneagram Institute, il dirige le Centre Ennéagramme Riso Hudson du Sussex. www.enneagram.gb.com +44 (0) 1403 823283