Hiérachie des centres

Connaître son centre préféré permet déjà de mieux comprendre le fonctionnement de sa personnalité. Toutefois, on peut aller plus loin dans l'analyse de notre utilisation des centres.

Un des trois centres est réprimé : son utilisation est négligée par rapport aux deux autres centres ; elle est perçue comme difficile, ou dangereuse, ou source potentielle de souffrance.

Alors que nous sommes souvent conscient de notre centre préféré, nous le sommes peu de notre centre réprimé. Pourtant, selon la belle formule de Kathleen V. Hurley et Theodorre E. Donson, "le centre réprimé contrôle silencieusement notre personnalité".

Réprimer le centre instinctif, c'est notamment être peu orienté vers l'action et avoir une tendance au retrait, à l'observation et/ou à la réflexion.

Réprimer le centre émotionnel, c'est principalement exprimer peu ses émotions et ne pas trop prendre en compte les facteurs humains pour atteindre ses buts.

Réprimer le centre mental, c'est avant tout être un peu confus à propos du futur, ne pas toujours avoir une vision globale des choses et tourner son attention vers les détails et/ou vers les réactions des autres.

Chacun d'entre nous est donc caractérisé par une hiérarchie des centres :

  • le centre préféré et son utilisation vers l'intérieur et/ou l'extérieur qui est sur-utilisé,
  • le centre secondaire, dit aussi de support, qui est utilisé pour satisfaire les objectifs du centre préféré,
  • le centre réprimé qui est sous-utilisé.

La prise en compte détaillée du centre réprimé, de son indépendance par rapport au centre préféré et de ses conséquences en termes d'intégration et de désintégration de la personnalité constituent la base du Modèle Unifié de l'Ennéagramme®. Ainsi chaque type existe en deux variantes selon le centre qui est réprimé ; ces variantes sont nommées α (prononcer alfa) et μ (prononcer mu) :

le 1 α réprime le centre mental alors que le 1 μ réprime le centre émotionnel ;
le 2 α réprime le centre mental alors que le 2 μ réprime le centre instinctif ;
le 4 α réprime le centre instinctif alors que le 4 μ réprime le centre mental ;
le 5 α réprime le centre instinctif alors que le 5 μ réprime le centre émotionnel ;
le 7 α réprime le centre émotionnel alors que le 7 μ réprime le centre instinctif ;
le 8 α réprime le centre émotionnel alors que a le 8 μ réprime le centre mental.

Le cas des personnalités du triangle est particulier. Comme ils cherchent un équilibre entre l'utilisation intérieure et extérieure de leur centre préféré, celui-ci est aussi réprimé ; cela signifie que parfois ce centre fonctionne bien, et parfois il semble inexistant. Ainsi, un 3 est parfois très émotionnel et relationnel, et parfois complètement coupé de ses émotions ; un 6 a parfois de très fortes capacités mentales, et parfois devient incapable de raisonner correctement ; un 9 est parfois très actif, et parfois s'immobilise complètement. En plus de réprimer leur centre préféré, les personnalités du triangle co-répriment un autre centre :

les 3 répriment le centre émotionnel ;
le 3 α co-réprime le centre mental alors que le 3 μ co-réprime le centre instinctif ;
les 6 répriment le centre mental ;
le 6 α co-réprime le centre instinctif alors que le 6 μ co-réprime le centre émotionnel ;
les 9 répriment le centre instinctif ;
le 9 α co-réprime le centre émotionnel alors que le 9 μ co-réprime le centre mental.

 

Page précédente :
Les ailes
Retour à
Qu'est-ce que l'Ennéagramme ?
Page suivante :
Désintégration et intégration
de la personnalité