Scroll To Top

Frankie et Johnny
Analyse

Frankie (Michelle Pfeiffer) : 6

Le personnage de Frankie est dominé par la peur. Cette peur n'est pas uniquement due au traumatisme qu'elle a subie ; elle est plus profonde et plus existentielle que cela. Frankie a peur de tout et de son contraire :

  Johnny : Tu n'as plus à avoir peur.
  Frankie : J'ai peur. Je meurs de peur. J'ai peur de me retrouver toute seule, j'ai peur de ne pas être seule. J'ai peur de ce que je suis, de ce que je ne suis pas, j'ai peur de ce que je pourrai devenir, peur de ce que je ne deviendrai jamais. Je ne vais pas continuer à être serveuse pendant tout le temps qu'il me reste à vivre, mais j'ai peur de quitter ce travail. Je me sens fatiguée. Tu peux pas savoir ce que je suis fatiguée d'avoir peur.

Cette peur se manifeste tout au long du film. La première fois où elle fait l'amour avec Johnny, elle a des gestes de la main pour se protéger. Quand elle fait tomber ses paquets de commission dans la rue et qu'un passant veut l'aider, elle pousse un cri de frayeur. Mais surtout, Frankie se protège par des questions. Perpétuellement dans le doute, il lui faut savoir le pourquoi des attitudes des gens. D'où des questions étranges : "Pourquoi voulez-vous sortir avec moi ? […] Je ne plaisante pas. Je veux savoir pourquoi vous voulez tant sortir avec moi." Et des dialogues surréalistes :

  Johnny : Ouvre ta robe de chambre.
  Frankie : Non, je n'ai pas envie d'ouvrir ma robe de chambre. Pourquoi ?
  Johnny : J'en sais rien. J'ai envie de te regarder.
  Frankie : Non.
  Johnny : Même quinze secondes. J'ai envie de te regarder.
  Frankie : Regarder quoi ? Pourquoi ?

ou

  Frankie : Faut vraiment qu'on fasse cela ce soir ?
  Johnny : Oui.
  Frankie : Qui dit cela ?

La peur pousse sans cesse Frankie à l'agressivité : "Qui vous a dit de toucher à ma carte de pointage ? Je vous interdis de toucher à ma carte de pointage." Elle perçoit tout intérêt comme une intrusion :

  Johnny : Quel âge avez-vous ?
  Frankie : De quoi je me mêle ?

Elle soupçonne Johnny de tout ou de rien. Quand il cherche un pansement dans son armoire à pharmacie parce qu'elle s'est coupée, elle angoisse tout de suite : "Qu'est-ce que tu trafiques là-dedans ? […] Qu'est-ce que tu fais ?"

En bon 6, son goût pour le mental lui fait parfois tenir des raisonnements bizarres : "Si je voulais un homme dans ma vie, pourquoi est-ce que je me serais payé une vidéo ?"

Frankie sait comment il faut se tenir. Elle est choquée par l'attitude de ses collègues à l'hôpital ("Chut !") ou à l'église ("Mesdames !"). Elle est indignée que Johnny lui propose de sortir alors qu'ils sont en train de s'occuper d'un client atteint d'une crise d'épilepsie ("Qu'est-ce qu'il ne faut pas entendre !").

Frankie manifeste aussi les qualités de solidarité du 6. Elle est chaleureuse avec ses collègues et ses clients. Elle est indulgente pour les fautes des autres (le collègue qui lui a volé ses pourboires).

Identification avancée : Frankie est un 6 α de sous-type conservation ("Cordialité").

Johnny (Al Pacino) : ?

Les étudiants de l'Institut Français de l'Ennéagramme® peuvent accéder à une analyse détaillée de ce personnage.

[Inscription][Mot de passe oublié]

Autres

D'autres personnages peuvent être identifiés sur l'Ennéagramme : Tim (joué par Nathan Lane) et Nick (joué par Hector Elizondo).

Les étudiants de l'Institut Français de l'Ennéagramme® peuvent accéder à une description de ces personnages.

[Inscription][Mot de passe oublié]

Retour à la
description du film