Scroll To Top

Punch-Drunk Love
Analyse

Punch-Drunk Love:  Barry EganBarry Egan (Adam Sandler) : 9

Ses sœurs surnommaient Barry enfant "Gay Luron", mais l'adulte pourrait être appelé "Monsieur J'saispas". Il semble que ce soit sa phrase préférée qu'il emploie dès qu'on lui demande quelque chose. Lena veut stationner sa voiture devant la porte du garage :

  Lena : Est-ce que vous croyez que je peux laisser ma voiture ?
  Barry : Je sais pas. Je… Je… Je sais pas.
    […]
  Lena : Si je laisse ma voiture, c'est pas un problème ?
  Barry : Ecoutez, je sais pas comment… comment ils travaillent.

Lance demande pourquoi il y a un harmonium dans le bureau de Barry, harmonium que Barry lui-même a rentré quelques minutes plus tôt :

  Lance : Pourquoi il est ici ?
  Barry : Aucune idée.

Bien sûr, sa sœur se posera la même question :

  Elizabeth : C'est quoi ce piano ? C'est quoi ce pudding ?
  Barry : Je sais pas.
  Elizabeth : Qu'est-ce que ça fait là ?
  Barry : J'en ai aucune idée.

Lance est surpris de voir Barry dans un costume bleu-électrique :

  Lance : Pourquoi t'es en costume ?
  Barry : Je me le suis acheté. J'ai trouvé ça bien pour me fringuer, pour travailler. Je saurais pas dire au juste pourquoi.

À ce sujet, le film utilise le ressort du comique de répétition :

  Elizabeth : Pourquoi est-ce que tu portes ce costume ?
  Barry : Je sais pas pourquoi.

puis :

  Elizabeth : Salut qu'est-ce que tu fais ? Pourquoi est-ce que tu portes encore ce costume ?
  Barry : Je sais pas.

Il montre là en même temps la capacité d'inertie du 9. Ce costume que personne n'aime, il le portera sans discontinuer jusqu'à la fin du film.

Même sur des sujets personnels dont la réponse est évidente, Barry manifeste sa passion de paresse et sa fixation d'oubli de soi :

  Sœur : Tu es gay maintenant ?
  Barry : Je sais pas. Je sais pas.

Il n'est même pas vraiment sûr d'aller mal et de souffrir : "Je ne sais pas si vraiment quelque chose ne va pas, parce que je ne sais pas ce que les autres éprouvent."

Quand on lui demande de faire quelque chose dont il n'a pas envie, Barry a du mal à affirmer sa position. La première réponse est toujours "oui", suivie d'un "non" embarrassé :

  Elizabeth : Y a une fille, une fille avec qui je travaille et que je trouve super-mignonne, et super-cool. Et je voudrais te la présenter. Alors ce serait pas mal qu'elle vienne à la fête de ce soir. Qu'est-ce que t'en dis ?
  Barry : Ouaiiis… J'y tiens pas tellement.

Idem quand l'hôtesse du téléphone porno veut lui emprunter de l'argent : "Aaaah ouiiiii. Non, j'ai pas les moyens." Ou quand Lance lui conseille de faire un voyage : "Oui. Non. Merci." Ou encore quand sa sœur Elizabeth lui propose de venir prendre le petit déjeuner avec Lena et elle : "Ben oui. Je regrette, non." Puis qu'elle insiste :

  Elizabeth : Alors est-ce que tu viens manger avec nous ?
  Barry : Ouais. Je peux pas.

Barry est gentil avec les gens. Au fournisseur qui habite dans un autre fuseau horaire que lui, il propose de lui donner son numéro de téléphone personnel, afin que l'autre puisse l'appeler à une heure confortable pour lui. C'est l'image qu'il a de lui-même, gentil et discret : "Je suis quelqu'un de bien. Je me mêle de mes propres affaires." Il juge les gens sur ce critère. Il dit à l'hôtesse du téléphone : "Tu as l'air très gentille et très bien de ta personne." Et à Dean, son patron : "Vous êtes une vilaine personne."

Cette gentillesse, marquée par l'oubli de soi, Barry la maintient en place par le mécanisme de défense de narcotisation. Sous stress, il tapote sur l'harmonium. Il s'occupe à gagner des miles d'avion avec les produits Healthy Choice, alors qu'il n'a jamais pris l'avion, n'a ni envie, ni besoin de voyager.

Avec sept sœurs comme les siennes, aucun mécanisme de défense ne peut être suffisant. Barry est désespéré : "Il arrive que je m'aime plus parfois. […] Il m'arrive de pleurer sans arrêt. Pour aucune raison." La dépression est un des signes de désintégration du 9, et un autre est l'apparition de crises explosives de violence. Barry "pète les plombs" dès que ses sœurs et Lena lui rappellent un certain souvenir de son enfance, ou quand il craint de ne pas pouvoir obtenir son billet d'avion pour Hawaï : il brise des vitres chez une de ses sœurs comme enfant, il a brisé une porte coulissante en verre, il détruit les toilettes du restaurant où il dîne avec Lena, il donne un coup de poing dans le mur de son bureau. À chaque fois, cette colère aveugle l'amène à se blesser. Chez Barry, les marques de désintégration en 6 (peur, doute, suspicion) sont aussi bien visibles.

Barry sait intuitivement qu'il doit se retrouver : "Qu'est-ce que je cherche moi ? Qu'est-ce que je cherche moi ? Dis-le moi. Dis-le moi.", dit-il à son image dans la glace du supermarché. Mais pour un 9, la solution est dans l'amour. On avait bien compris qu'il n'avait pas appelé l'hôtesse du téléphone porno pour assouvir quelque fantasme sexuel, mais parce que la petite annonce disait "Trouvez l'amour."

Bien sûr, l'amour est fusionnel : "Je ne veux plus jamais être nulle part sans toi." L'être aimé, sa protection et ses besoins, permettent à Barry de se reconnecter à son centre instinctif : "Je suis quelqu'un de bien. Je me mêle de mes propres affaires. Alors dis-moi qu'on en reste là avant que je te bousille ta gueule d'enfoiré. L'incroyable force qui est en moi, t'as pas idée. J'ai un amour, un grand amour dans la vie. Ça me rend plus fort que tout ce que tu saurais imaginer. Dis-moi qu'on en reste là, minable."

Il sait désormais qui il est et ce qu'il veut, et devient capable de l'affirmer avec force : "Tu veux bien avoir la bonté de me filer son putain de numéro. J'en ai marre de toutes ces conneries. Arrête de me traiter comme ça. File-moi son putain de numéro, ou je vais te tuer, moi. C'est ce que tu veux ?" Avec Lena, il n'a plus besoin des mensonges qui lui servaient à se protéger de ses sœurs et à éviter intrusion et conflits : "Au restaurant, j'avais bien tabassé les toilettes. Je suis désolé."

Identification avancée : Barry est un 9 α de sous-type sexuel ("Union").

Autres

D'autres personnages peuvent être étudiés à l'aide de l'Ennéagramme : Lance (joué par Luis Guzman), Dean Trumbell (joué par Philip Seymour Hoffman) et Lena Leonard (jouée par Emily Watson).

Les étudiants de l'Institut Français de l'Ennéagramme® peuvent accéder à une description de ces personnages.

[Inscription][Mot de passe oublié]

Retour à la
description du film