L'Ennéagramme dynamique : type 3
Tom Condon (Traduction par Isabelle Goury)

Les Jeux olympiques ont lieu tous les quatre ans, quelque part dans le monde. Les Jeux sont couramment décrits comme un événement international, au cours duquel des athlètes de toutes les cultures se réunissent pour concourir, mais cette description est en fait erronée. Les Jeux olympiques sont l'opportunité pour les 3 de toutes les nations de se retrouver pour célébrer leur valeur lors d'un événement créé uniquement pour eux.

Le 3 est le style de l'Ennéagramme le plus concurrentiel et le plus motivé par le succès. Contrairement aux 2, les 3 s'identifient moins à des idéaux d'aide et plus à des images de réussite et de productivité. Les 3 s'attendent souvent à être aimés pour ce qu'ils font plutôt que pour qui ils sont. Sur le plan émotionnel, ils sont confus entre paraître accomplis et être fidèles à leur soi intérieur forcément imparfait.

Les 3 intégrés (ou en voie de l'être) sont exceptionnellement bons pour se fixer et atteindre des objectifs et ils ont généralement acquis de nombreuses compétences. Ils sont organisés, souples et travailleurs. À leur meilleur, les 3 sont authentiquement doués et cultivent un credo d'excellence personnelle dans tout ce qu'ils font. Ils apprennent vite et réussissent bien dans les professions socialement reconnues où l'on est mis en avant et où la performance est mesurée par les résultats. Comme un 3 l'explique : "Je suis un athlète. À l'école, j'étais le capitaine de l'équipe de basket, le capitaine de l'équipe de cross-country, le responsable du bureau des élèves. Quel que soit le clan, je deviens le chef du clan, parce que c'est ce que je suis. Cela ne signifie pas que nous sommes ceux qui possèdent la sagesse. Nous sommes ceux qui prennent les risques et qui dirigent."

Les 3 intégrés sont souvent pleins d'énergie et joyeux, avec une vision optimiste du futur et une approche confiante des défis. Ils font d'excellents modèles et professeurs pour les compétences qu'ils ont acquises ; ils sont des exemples naturels de ce qu'ils prêchent et enseignent. Ils ont souvent un bon sens de l'humour sur eux-mêmes et leurs actions sont gouvernées par le sens de l'honneur ; ils valorisent leur famille et leurs amis autant que leur travail. C'est parfois après une lutte contre une moralité opportuniste et après avoir vécu une quête consciente de valeurs que ces priorités s'établissent.

Le côté positif de ce profil montre le meilleur de l'action et les 3 peuvent montrer une capacité parfois étonnante à entreprendre des actions vraiment efficaces. Ils sont particulièrement bons dans le multitâches, accomplissant de nombreuses choses à la fois. "Elle en fait plus en une journée que la plupart des gars en une semaine et elle fait partie de ces gens pour qui tout tourne toujours bien", dit un homme en parlant de sa femme 3.

Les 3 savent que les défis sont neutres, indifférents aux émotions qu'ils provoquent en nous : "Quand une tâche, quelle qu'elle soit, est à portée de main, je veux l'obtenir, la réaliser, puis passer à autre chose. Je ne cherche pas les problèmes, je cherche les solutions. Je ne veux pas me planter." Un autre 3 se fait l'écho de cette attitude : "Je reviens au mot 'pratique' : c'est une qualité merveilleuse. Qu'est-ce que je peux faire ? Si je peux faire quelque chose, je le fais, sinon, je suis fichu. Ne pas se tourmenter, ne pas faire perdre de temps aux autres. Juste faire ce qu'on doit faire et avancer."

En parlant de façon générale, les États-Unis sont un pays 3, au sens où les valeurs 3 sont célébrées dans la culture populaire américaine. Les Américains valorisent le succès, le fait de triompher de l'adversité, le fait d'être efficace, concret et pragmatique. L'Amérique est un pays d'immigrants, et les immigrants qui réussissent aux États-Unis ont souvent des stratégies de 3, même s'ils ne sont pas personnellement des 3. Le mythe de l'Amérique, partiellement vrai, est que c'est un endroit pour les deuxièmes chances. Vous pouvez prendre un nouveau départ, créer l'image de qui vous voulez être et devenir cette personne. L'inconvénient avec cette stratégie, c'est que vous pouvez vous éloigner très vite de qui vous êtes vraiment.

C'est en Italie qu'est basé le courtier de faux tableaux certifiés, le plus célèbre d'Europe. C'est un 3 ; il commande des faux originaux de haute qualité, des copies de tableaux célèbres et les vend à de riches collectionneurs. Il gère un groupe de peintres qui sont spécialisés dans certaines périodes ou dans certains artistes. Les faux légaux arrivent avec leur propre certificat d'authenticité qui déclare le tableau comme une contrefaçon de maître, estimée et authentifiée par l'organisation du 3.

L'idée de vendre des faux authentiques lui est venue après avoir été victime d'une contrefaçon. Il avait acheté un tableau d'un artiste contemporain italien, certifié par une galerie réputée. Quelques années plus tard, il montra le tableau à l'artiste qui lui dit : "Je n'ai jamais peint ceci. Mais même moi, je dirais que c'est moi qui l'ai fait. Néanmoins, ce n'est pas non plus une simple copie d'un de mes tableaux."

L'artiste italien fut tellement fasciné par le talent du faussaire à assimiler son style qu'il fit une copie parfaite du faux, qu'il donna ensuite en cadeau au 3. C'est à ce moment-là que le 3 décida que la contrefaçon était de plein droit une activité créative.

Quand les 3 sont moins intégrés, pris dans ce que j'appellerai la transe de leur ennéatype, ils sont enclins à la conformité à une image ou à la tromperie, une sorte de contrefaçon du soi. Leur besoin d'être quelqu'un de doué qui réussit se transforme en un désir de simplement ressembler à cela. Leur intelligence n'est plus concentrée sur leur vie intérieure, mais sur leur capacité à copier, à imiter, à "avoir un beau chapeau, mais pas de bétail" comme les propriétaires de ranch disent des faux cow-boys.

Comme les 2, les 3 peu intégrés sont préoccupés de la façon dont les autres les perçoivent, car c'est un moyen pour eux de se définir eux-mêmes. Ils veulent se sentir bien vus par les autres, ce qu'un 3 appelle "le truc de vivre en dehors de soi-même". Ils se jugent en fonction de critères extérieurs, souvent pour accroître une estime de soi qui est toujours en train de s'effriter.

Les 3 sentent intuitivement que l'approbation pour laquelle ils travaillent si dur, est conditionnelle, fondée sur la performance et par conséquent ne représente pas vraiment de l'amour. Ils savent aussi l'effort qu'il a fallu fournir pour faire en sorte que les autres les aiment. Si je vous souris de telle façon que vous me souriez en retour et donc que je me sente bien, je sais que j'ai rusé pour que vous me souriiez. Par conséquent je ne peux pas recevoir votre sourire comme un échange authentique.

Ceci peut conduire à la sensation d'essayer de remplir un tonneau sans fond, une tentative sans fin pour le 3 de montrer constamment ce dont il est capable à travers ses activités. Comme un 3 l'explique : "Je ne sais pas si c'est à cause d'une insécurité terrible ou d'un vide insondable que je ne peux jamais remplir, mais je sens juste que je suis incomplet. Prouver la justesse de mon existence est un défi continuel. Je ne survis qu'à travers de constants défis."

Une autre 3 ajoute : "Mon moteur dans la vie vient de cette crainte horrible d'être médiocre. Cela me pousse tout le temps. Parce que même si je suis devenue Quelqu'un, je dois encore prouver que je suis Quelqu'un. Ma vie est parfaite dans les yeux des autres : cette femme qui peut tout réussir. Je fais cette course afin de me sentir digne, valable à travers mes travaux et mes réussites. Si j'arrive à rester absorbée dans cet effort, je ne ressens pas mon côté obscur."

Le mécanisme de défense des 3 est l'identification, c'est-à-dire le fait de se fondre subjectivement dans un rôle, une tâche, une fonction ou un projet et de croire que c'est bien vous. Un 3 décrit ceci comme semblable au fait pour un acteur d'adopter un rôle : "Dans toute nouvelle situation, j'évalue toujours tout le monde : qu'est-ce qui marche, qu'est-ce qu'ils font, qu'est-ce qui a l'air important ici, comment puis-je m'adapter ? Puis j'interviens et je deviens la personne que la situation requiert."

L'identification est évidente dans la façon dont certaines personnes s'identifient avec, et en effet, deviennent leurs possessions. Alors que nous faisons tous cela à un certain degré, chez les 3 la tendance est sensiblement plus forte, avec pour résultat comme une "hypnose de la marque".

J'avais un voisin du nom de Dave qui était un 3 agréable et joyeux. Un jour, je me dirigeais vers lui alors qu'il était en train de faire briller sa moto BMW. Les BMW sont superbement conçues, très chères et exceptionnellement durables. Contrairement à la plupart des motos, elles sont conçues pour durer 160 000 kilomètres. Ce sont des machines séduisantes, parmi les meilleures de leur type. En passant, je dis admirativement : "Ça, c'est une belle moto." Dave répondit : "Merci."

En surface, c'était un échange banal de civilités, mais quelque chose dans le ton de Dave laissait percer un petit plus de fierté et de plaisir à l'égard de mon compliment. Je sentis que Dave ne se sentait pas juste complimenté pour son goût, il s'identifiait à sa moto. Dave était celui qui possédait la meilleure moto qu'on pouvait posséder et il s'était identifié lui-même à un symbole reconnu d'excellence. À un certain niveau, Dave était sa moto et il était le meilleur de son espèce.

En 1970, on demanda à une célébrité américaine comment elle supportait la critique sur son soutien fervent à l'impopulaire guerre du Vietnam. "À chaque fois que les gens me critiquent, je montre juste cela.", répondit l'homme en désignant une Médaille Présidentielle du Mérite sur son bureau. Comme mon voisin avec sa BMW, cette célébrité s'identifiait à un symbole extérieur. Dans sa tête, la médaille était la référence à une reconnaissance sociale tellement profonde qu'elle le protégeait de toute critique personnelle.

Devenir quelqu'un de nouveau

Les 3 font des protégés exceptionnellement bons et par la suite des mentors pour les autres. En tant que protégés ils peuvent s'identifier à un mentor, absorber ce qu'il sait, se l'approprier et ensuite aller de l'avant. Au cours du processus, ils peuvent adopter la manière de se vêtir du mentor, son apparence et son ton de voix. La PNL appelle cela la "modélisation", ce qui signifie acquérir une compétence ou une qualité en imitant quelqu'un qui a maîtrisé cette compétence ou démontré cette qualité.

La modélisation est fondée sur l'identification : vous choisissez un modèle et vous prétendez être cette personne, créant ainsi une base subjective pour acquérir ses compétences. Dans la vie de tous les jours, les enfants se modèlent sur les adultes, et tous ceux qui ont un héros ou une héroïne pratiquent la modélisation quand ils imitent le comportement de leur idole. Certains 3 n'imitent pas une personne particulière, mais observent et imitent plutôt plusieurs personnes qui pratiquent efficacement le talent qu'ils veulent maîtriser. Dans ce but, le 3 peut essayer de déterminer ce que les modèles ont tous en commun puisqu'ils atteignent le même résultat.

Un 3 qui entraîne d'autres personnes à la réussite, aime dire : "Le succès laisse des indices." Un comédien professionnel en entendant cela lança : "Entre acteurs, on appelle cela du vol." L'inconvénient de la modélisation, c'est que vous pouvez tomber dans l'usurpation d'identité, agissant comme vos modèles, mais sans intégrer vraiment leur talent ou leur qualité, en volant simplement leurs gestes au lieu de les faire vôtres. Certains 3 en transe imitent sans cesse et restent englués dans l'usurpation d'une identité ou d'une série d'identités, comme quelqu'un qui reste à l'école, mais n'obtient jamais de diplômes.

Les 3 font partie du trio des styles de l'Ennéagramme qui se rejettent eux-mêmes, se suridentifient à des rôles et ont des problèmes pour savoir comment ils se sentent vraiment. Dans la transe de leur type, les 3 rejettent leurs sentiments réels d'anxiété et le moi qui les ressent, en prétendant être quelqu'un qu'ils ne sont pas. La plupart des 3 ont leur "talon d'Achille", une impression d'inadéquation qu'ils compensent avec leurs réussites et leurs jeux de rôles, comme quelqu'un qui essaie de dépasser des origines humbles en acquérant la richesse.

Tous les quatre ans, juste avant les Jeux olympiques, on présente les nouveaux athlètes les plus prometteurs dans des articles de journaux et de magazines. Les portraits décrivent presque toujours les réussites actuelles des athlètes en fonction de leurs limites dans le passé : un coureur d'endurance prometteur né avec un pied-bot, un champion de natation qui a surmonté son asthme infantile. Une sprinteuse olympique avait eu des maladies infantiles qui avaient laissé sa jambe gauche pratiquement paralysée et elle avait dû porter une chaussure spéciale attachée à la jambe jusqu'à l'âge de 11 ans : "Mon premier objectif était de me débarrasser de cette horrible chaussure et de courir comme les autres enfants. Puis j'ai réalisé que j'avais un talent particulier. Après cela, j'ai voulu être la meilleure."

Ceci reflète une dichotomie commune aux 3. Tout ce que le 3 aspire à être maintenant est l'envers de ce qu'il a été un jour et craint encore d'être vraiment. Les qualités particulières que le 3 cultive maintenant et affiche à la face du monde sont une sorte de silhouette inversée, l'opposé de ses insécurités. Plus le 3 se réfère à un modèle, plus forte est son anxiété.

Cette dichotomie est une répétition d'un dilemme de l'enfance. En tant qu'enfants, les 3 tendent à progresser en âge, à devenir plus vieux que leur âge et à se transformer en adultes prématurés. Comme les 1 et les 8, les 3 peuvent vivre une enfance raccourcie. On récompense un enfant 3 pour sa réussite, sa compétence et sa petite maturité. On encourage la séparation précoce des parents et on décourage la dépendance de l'enfant. Comme les enfants 3 deviennent semblables à des adultes avec l'approbation de leur environnement, ils suppriment aussi leurs insécurités d'enfant et leurs besoins émotionnels. Comme adultes, ils peuvent continuer à reproduire inconsciemment ce conflit, tout en essayant toujours de le résoudre.

Un 3 se rappelait : "Quand j'étais gosse, j'avais un mauvais défaut d'élocution. C'était frustrant parce que je restais debout en face de la classe et que je faisais des fautes, et les gosses se moquaient de moi." Ce 3 est devenu un orateur public accompli, bien que des décennies plus tard, il craigne toujours vivement de bredouiller quand il fait un discours. Un autre 3 bégayait dans l'enfance et endura de nombreuses expériences douloureuses ; finalement il "s'est simplement tu et n'a plus parlé. C'est alors que j'ai dirigé tout mon temps et toute mon énergie vers ce que je pouvais faire physiquement." Il devint plus tard un athlète professionnel.

Quand les 3 adultes essaient de devenir quelqu'un de nouveau, ils se détachent d'un soi plus jeune à l'intérieur d'eux qu'ils rejettent comme inadéquat, insuffisant ou défectueux. Au fur et à mesure de leurs réalisations et de leurs réussites, ils espèrent inconsciemment triompher de ce jeune soi, mais en réalité le jeune soi les suit comme une ombre.

Contrairement aux 7 qui de façon défensive se projettent en imagination dans des temps, des endroits et des activités futures, les 3 sont concentrés sur le futur soi qu'ils vont devenir. Un 3, qui venait juste d'avoir 40 ans, disait : "M'inquiéter sur le fait de vieillir ? Non ! À 40 ans je suis tellement mieux qu'avant. Je parais bien mieux qu'il y a 10 ans. Je viens juste de me réaliser. Dès maintenant, je vais commencer à planifier cette fête pour mes 50 ans. Je suis impatient de me voir."

Dissociation émotionnelle

J'ai connu un 3 au collège qui a eu des notes parfaites dans toutes ses classes. Il rendait couramment des copies très longues des semaines avant l'échéance. Il était impeccablement soigné, méticuleusement organisé et était une personne facile à vivre, honnête, modeste, impossible même à prendre en grippe. Pour la plupart, les gens réagissaient à son égard comme s'il avait été une machine, et d'une certaine façon, il l'était.

Dans la transe de leur type, les 3 se voient souvent comme des machines hautement perfectionnées, dont l'objectif est de courir d'une tâche à l'autre, sécurisant un résultat et ensuite se précipitant sur le prochain objectif, devenant, comme le poète EE. Cummings l'a dit de quelqu'un, "une non-personne bien identifiable, une apparition visible par intermittence". Cette image d'eux-mêmes comme une machine aide les 3 à rester dans un état sans sentiment qui maintient leurs craintes et leur anxiété en dehors d'eux-mêmes.

Certains 3 en transe se voient inconsciemment comme des robots. Un 3, qui s'appelle lui-même "le Terminator", d'après un cyborg déterminé dans un film de science-fiction, dit : "Je vois tout le temps des gens qui sont mieux que moi. L'atout que j'ai en réserve est mon dynamisme dangereusement obsessionnel. Il est absolument hors de question que je m'arrête avant de gagner." Un autre 3 s'est rappelé qu'"au travail, si quelqu'un avait besoin que quelque chose soit fait, on s'adressait à moi. J'étais comme un robot. Je ne me serais pas autorisé à me sentir fatigué."

D'autres 3 sous transe se décrivent comme des voitures. Résumant son récent divorce, un homme disait : "Vous savez comment c'est quand vous êtes sur l'autoroute et que vous voyez cette voiture-là sur le bas-côté de la route ? Il y a des milliers de voitures qui roulent. Et bien une fois de temps en temps, c'est votre tour d'être cassé. Et vous attendez la dépanneuse. C'est comme ça que je vois ce moment difficile de ma vie." Il continua en louant sa nouvelle et accommodante femme d'être "d'un faible coût d'entretien".

Un autre 3 ajoute : "J'ai travaillé dur récemment et je ne suis pas sûr de l'avoir apprécié comme auparavant. C'est une période de réévaluation pour moi. Je ne me sens pas particulièrement en forme. J'ai accumulé beaucoup de kilomètres et je n'ai pas eu le temps de faire un peu de réglage. J'ai besoin de changer les pneus, de mettre de nouvelles bougies et de refaire les sièges. J'ai besoin d'une révision corps-esprit complète."

Une jeune femme qui avait fait le vœu de rester chaste jusqu'au mariage élimina un prétendant, un probable 3, quand il insista sur le sexe prémarital. Expliquant qu'il devait la prendre pour un "essai de conduite" avant que leur relation n'aille plus loin, il ajouta : "Aucune personne saine d'esprit n'achète une voiture sans l'avoir d'abord conduite, sans avoir passé les vitesses, senti le cuir et vu s'il s'y sentait bien." Ce fut leur dernier rendez-vous.

Une autre façon pour les 3 de garder leurs sentiments dissociés d'eux-mêmes est de parler d'eux à la troisième personne. Un 3 nommé Bob Bates pourrait dire : "C'est l'année où les gens vont voir ce que Bob Bates peut faire ; il va surprendre beaucoup de ses critiques. Personne ne doutera de Bob Bates après cela. Il va être le Numéro Un." Une variation sur cette façon dissociée de parler de soi-même est d'utiliser le "nous éditorial". Au sommet de sa gloire, la star de basket-ball Michael Jordan disait souvent : "Nous essayons toujours de respecter le fait que nous sommes un modèle."

Autres distinctions sensorielles

Certains 3 ont une sensation visuelle interne d'être regardé par une audience imaginaire, ou de jouer devant elle. Une 3 racontait qu'elle emportait avec elle un miroir mental qui lui permettait de voir comme elle apparaissait aux autres. Un autre 3 se voyait sur un écran de TV intérieur, tandis qu'un autre se surprenait regardant inconsciemment son reflet dans les vitres à proximité, spécialement lors de rencontres sociales, "vérifiant mon image" comme il le disait.

Dans la transe de leur profil, les 3 sont enclins à une vision déformée, en particulier des gens. Dans l'œil de leur esprit, ils voient les autres comme des stéréotypes, contrairement aux 8, par exemple, qui voient les autres comme des caricatures ou des dessins animés. Les stéréotypes du 3 sont fondés sur des types culturels conventionnels, comme si le 3 voyait les gens de la façon dont ils sont présentés dans les publicités télévisuelles. Les 3 en transe voient aussi les gens (et eux-mêmes) comme des objets, à deux dimensions, sans essence, comme des photographies de pied en taille réelle. Les 3 peuvent aussi voir les autres comme des centres d'information, ou comme des alliés ou des obstacles à la satisfaction de leurs objectifs.

Cette qualité de vision subjective reflète une préoccupation des apparences et conduit à la superficialité. La superficialité d'un 3 est littéralement un manque de perception de la profondeur (intérieure). L'auteur 3, F. Scott Fitzgerald, a autrefois appelé la personnalité "une série ininterrompue de gestes réussis". Un autre 3 dit : "Je ne crois pas en la vérité. Je crois au style. Je pense que la vérité est une formidable chimère, ou peut-être que je ne la comprends pas. Il y a une sorte d'authenticité dans un bon style, qui est intéressante. J'aime que les gens soient charmants, qu'ils aient du style. Je ne me soucie pas vraiment que cela signifie quelque chose. C'est suffisant en soi."

Les 3 qui sont émotionnellement dissociés peuvent présenter une sorte de qualité d'apesanteur. Si vous les prenez dans vos bras, ils peuvent donner l'impression d'être physiquement plus légers qu'ils ne le sont. Ou vous pourriez avoir l'impression de parler à une personne creuse, d'essayer de vous connecter à quelque chose qui n'est pas là, comme si le 3 manquait de gravité ou de poids émotionnel. Un 3 désintégré pourrait être charmant, comme si sa personnalité tout entière s'était élevée pour se concentrer dans son visage. Plus loin derrière ses yeux, cependant, on pourrait sentir quelqu'un de caché, vous regardant d'une façon calculée, peut-être avec une nuance de mépris.

Les 3 en transe peuvent parler de leurs sentiments, mais ceux-ci tendent à être dérivés soit d'images, soit de sensations physiques viscérales. Les athlètes, par exemple, sont physiquement kinesthésiques, mais pas nécessairement en contact avec leurs émotions. Un 3 athlète peut parler de comment il se sent, mais en se référant à son niveau d'énergie physique ou à la douleur qu'il ressent suite à une blessure. En attendant, ses émotions demeurent un territoire inconnu.

Quelqu'un qui a travaillé de façon proche avec plusieurs 3 rend compte : "Aucun d'entre eux n'était particulièrement doué pour le dialogue. Soit ils m'empêchaient de parler, soit ils préparaient, pendant que je parlais, ce qu'ils allaient dire ensuite." Les mots d'un 3 sous transe sont souvent déconnectés de ses sentiments. C'est la structure sensorielle de la supercherie : des mots sans la vérité du corps. Les mensonges polis que nous faisons tous en société représentent une version inoffensive de cela. Dans le commerce, on utilise souvent des mots sans sentiments pour persuader les gens d'acheter. Dans la culture américaine de type 3, mentir n'est même pas mentir ; on appelle cela par euphémisme le "contournement".

L'auteur François Mauriac a dit un jour : "N'importe qui peut prononcer des mensonges, mais les mensonges du corps nécessitent des talents d'une autre sorte. L'art de simuler le désir, ou la joie, ou une fatigue agréable n'est pas donné à tout le monde. La seule façon de se faire passer pour quelqu'un qu'on n'est pas, est de couper les sentiments contradictoires que l'on ressent quand on dit un mensonge. Une fois le sentiment supprimé, on peut dire des choses qu'on ne pense pas, faire des promesses qu'on ne tiendra pas ou promettre un amour qu'on ne ressent pas vraiment."

Le côté extrême et négatif de cette stratégie est visible dans le comportement des sociopathes, dont un pourcentage significatif est représenté par des 3 très désintégrés. On dit que les autopsies pratiquées sur le cerveau de personnes diagnostiquées comme sociopathes révèlent l'absence de liaisons importantes entre la fonction du langage et les sentiments. Si c'est vrai, cela coïncide avec ce que la plupart des gens rapportent au sujet des sociopathes aussi bien qu'au sujet des 3 très désintégrés : ils diront ou feront n'importe quoi pour faire impression ou obtenir un résultat.

Les clés du changement

Des raisons variables peuvent inciter le 3 à changer, parmi lesquelles une rencontre avec la mort lui faisant prendre conscience que la vie est courte, un problème médical lui imposant de ralentir, un échec professionnel ou une "crise de la cinquantaine" au cours de laquelle le 3 atteignant un objectif important de sa vie réalise que ça ne lui a pas apporté ce qu'il voulait, la révélation d'un mensonge ancien forçant le 3 à faire face à la profondeur de son imposture, un choc soudain lui faisant prendre conscience qu'il a négligé la partie interpersonnelle de sa vie, se rendant compte, par exemple, que ses enfants font 30 cm de plus, et qu'il ne se rappelle pas quand cela est arrivé. Un 3, reporter télé bourreau de travail, qui passait le plus clair de son temps en voyage, commença à réviser ses priorités quand on lui dit que sa fille de sept ans l'avait vu à la TV et avait dit à sa mère : "Regarde maman, c'est l'homme qui nous emmène au zoo."

Généralement, la course névrotique d'un 3 est stoppée par un événement extérieur. On trouve dans les problèmes exposés aux thérapeutes : des difficultés relationnelles, une dépression, un stress excessif, une faible estime de soi, une maladie diagnostiquée médicalement, un alcoolisme social ou des combats avec d'autres types de dépendances.

Dans les bons objectifs de changement, il y a : apprendre à ressentir et à dire la vérité, faire la différence entre des émotions authentiques et des sentiments provenant de rôles, apprendre à risquer d'être aimé pour qui on est, au lieu d'être aimé de façon fausse pour qui on n'est pas, reconnaître et accepter ses peurs et ses insécurités, devenir une personne entière au lieu d'une machine à réussite, intégrer l'activité aux sentiments, apprendre à perdre et faire une place à la spiritualité dans sa vie.

L'Association Nationale Aéronautique dit un jour à un pilote américain que son vol en solo au-dessus du pôle Nord était officiellement reconnu comme une première nationale. Sa réponse : "C'est gentil, mais je savais que je l'avais fait de toute façon." Les 3 ont généralement besoin d'apprendre à se valoriser, de "savoir qu'ils l'ont fait de toute façon" au lieu de chercher l'estime de soi à travers une reconnaissance extérieure.

Les thérapeutes ou les conseillers qui travaillent avec un 3 doivent parfois d'abord rassurer et ensuite renforcer l'engagement du 3 à changer. Un nouveau client 3 pourrait avoir un emploi du temps tellement surchargé qu'il aurait du mal à caser la thérapie dans sa vie trop remplie. Vous pouvez être amené à bousculer un peu des clients 3 avec des questions du genre, "Qu'est-ce que cela signifie vraiment pour vous ?" et "Êtes-vous sûr d'être prêt pour cela ?"

Les 3 peuvent aussi venir en thérapie pour obtenir de l'information, des réparations rapides ou des techniques de réduction de stress. Ils cherchent à être sous pression pour produire des résultats rapides, allongés dans un environnement charmant et dépersonnalisé. Certains clients 3 voient la thérapie comme un endroit où se réparer, une nouvelle expression de l'image de la "machine à réussite".

Les 3 n'entreprennent pas souvent de thérapie à moins qu'ils ne le doivent et leurs raisons pour rechercher de l'aide peuvent être mal définies. Quand j'exerçais en privé, me spécialisant dans l'hypnose, je rencontrais de temps en temps un client 3 qui voulait apprendre l'autohypnose pour réduire son stress. La vie du 3 était tellement remplie qu'il voulait être capable de réduire son stress sur demande ; comme cela, il pourrait être plus confortablement hyperactif.

De temps en temps, je consentais à cette demande, mais je lançais ma ligne aux alentours pour voir si le 3 n'était pas intéressé par d'autres changements. Parfois cette ligne accrochait quelque chose que le 3 voulait plus profondément, parfois non ; cela dépendait de l'individu.

Les 3 ont de bonnes stratégies d'apprentissage et sont souvent sérieux et compétents. Une fois qu'ils se sont engagés dans une thérapie, ils travaillent dur dessus. Ils peuvent, cependant, jouer au "bon élève" pour thérapeute. Ils peuvent prendre des notes pendant les séances, résumant efficacement ce que vous leur avez dit, à la fois l'assimilant et ne l'assimilant pas. Si un client 3 est nouveau dans l'introspection, il peut d'abord avoir besoin d'un cadre pour ses révélations, mais une simple révélation ne sera pas suffisante puisque l'objectif général pour les gens de ce type est de découvrir qui ils sont vraiment et comment ils se sentent vraiment. En ne comprenant que le comportement, on peut laisser de côté les émotions.

Avoir une relation authentique avec un thérapeute, quelqu'un qui voit à travers le 3 et l'accepte toujours, est aussi de grande valeur, si le 3 est prêt pour cela. Il peut d'abord devoir confesser son talon d'Achille. Une des fonctions de la thérapie est de fournir un endroit sûr où les clients peuvent révéler et découvrir la vérité sur leur vie et ceci est particulièrement profitable pour les 3.

L'ABC des sentiments

Chaque style de l'Ennéagramme est naturellement doué pour certaines choses et plus faible pour d'autres. Les 3, en particulier, sont très compétents pour agir, mais ils sont limités dans le domaine des émotions. Quand ils commencent à se reconnecter à leurs sentiments, il leur faut parfois avancer à petits pas.

Un de mes clients 3 voulait apprendre l'autohypnose pour réduire son stress et explorer sa vie intérieure. Après une première entrevue, nous commençâmes un peu d'entraînement à la transe légère. Je lui parlais d'une voix calme, l'encourageant à se détendre, à fermer les yeux et à prendre quelques respirations profondes. Mon idée était de commencer par une mini-transe, de le conduire vers une expérience intérieure, de lui faire goûter un état hypnotique et ensuite de le réveiller et d'en discuter. Cette approche apaise généralement toutes les craintes qu'un nouveau venu peut avoir sur le fait d'entrer en transe hypnotique.

Au lieu de cela, dès que je commençais à parler, mon client ferma les yeux et il était parti. À peu près vingt minutes plus tard, il sortit de transe. Quand je lui demandais ce qui était arrivé, il me fit part d'une amnésie totale sur l'expérience. Il était si peu accoutumé à s'aventurer à l'intérieur de lui-même, si habitué à vivre dans un état d'hyper-conscience, que quand il ferma les yeux et prit quelques respirations profondes son attention sombra dans une inconscience profonde et amnésique.

Cette expérience est similaire à ce que beaucoup de gens traversent quand ils essaient pour la première fois de se souvenir de leurs rêves. Quand vous vous réveillez d'un rêve dont vous ne pouvez pas vous souvenir, c'est parce que l'écart est trop grand entre votre état de conscience et votre état quand vous rêvez. Quand les gens commencent à faire de petits sommes, ils se rappellent mieux leurs rêves, parce qu'ils font la navette entre le sommeil et le réveil plus souvent. Bien sûr cela aide aussi d'avoir la volonté et l'intention de se souvenir de ses rêves.

Avec mon client 3, la tâche devint de l'aider à goûter à sa vie intérieure d'une façon dont il puisse se rappeler et qu'il puisse intégrer. Pour faire cela, nous devions rendre ses expériences d'hypnose à la fois légères et brèves. Après plusieurs essais, il devint capable d'entrer à l'intérieur de lui-même momentanément sans perdre conscience. Avec de la pratique, nous étendîmes cela à quelques minutes, puis à une demi-heure. Plus tard nous arrêtâmes graduellement d'utiliser l'hypnose, il était capable de savoir comment il se sentait tout en étant éveillé. Au fil du temps, il devint capable d'explorer ses états intérieurs, d'identifier comment il se sentait et d'étendre sa gamme d'émotions. Il continua à pratiquer l'autohypnose de son côté quand il en avait besoin pour réduire le stress.

Si vous êtes un 3 et que vous avez porté peu d'attention à votre vie intérieure, la meilleure façon pour commencer à l'étudier est d'y aller par petites étapes, d'étudier vos sentiments de façon presque systématique, et de faire la navette entre votre esprit conscient et votre esprit inconscient. Il existe des exercices utiles pour atteindre ce but.

Écrire une lettre

Écrivez une lettre à la partie de vous qui représente vos émotions, insécurités ou sentiments non désirés. Commencez la lettre par "Chers Sentiments" ou le nom quel qu'il soit qui convient. Puis exprimez a) tout ce qui vous contrarie chez cette partie de vous et ensuite b) tout ce que vous appréciez chez cette partie de vous. Signez "Je vous embrasse", puis votre nom.

Faites une petite pause. Maintenant, imaginez que vous êtes cette partie de vous à laquelle vous venez juste d'écrire. Faites semblant d'être vos émotions, insécurités ou sentiments non désirés et répondez au reste de votre personnalité, en écrivant tout ce qui vous contrarie et ensuite tout que vous appréciez au sujet du reste de votre personnalité. Signez "Nous t'embrassons, Tes Sentiments" ou le nom quel qu'il soit qui convient.

Généralement cet exercice aide à améliorer votre communication conscient-inconscient. Il crée un dialogue, un canal de communication entre les deux parties de vous qui ont besoin de devenir plus profondément reliées, ou d'admettre la profondeur des relations qui existent déjà. L'exercice aide à mieux comprendre vos propres motivations et particulièrement d'identifier comment vous essayez de prendre soin de vous, et de vous donner des choses basiques comme la sécurité et la sûreté. Il peut être utile de répéter la séquence plusieurs fois, peut-être en y revenant une fois par semaine pendant un mois environ. (Cet exercice pourrait marcher avec n'importe quel style de l'Ennéagramme, tout comme le prochain.)

Lire une roche

Il existe une autre technique utile, la lecture de roche, adaptée d'une pratique shamanique par l'anthropologue Michael Harner. On utilise une roche ordinaire comme stimulus pour trouver des idées et des solutions et pour accéder à des informations inconscientes. Si un 3 n'arrive pas à entrer en contact avec ses vrais sentiments ou essaye de résoudre un problème pratique, il peut lire une roche ; cela l'aidera à accéder à son intuition et à son intelligence inconsciente. Cette technique est un autre moyen de faire la navette entre son esprit conscient et son esprit inconscient, entre le monde extérieur du 3 et sa vie intérieure.

  1. Aller à un endroit où vous pouvez trouver des roches. Si vous avez le temps, faites l'exercice dans une sorte de marche méditative, errant dans cet endroit de la nature jusqu'à ce qu'une roche vous "interpelle". Sinon, prenez la roche la plus proche, la plus évidente, une roche sans associations personnelles ou sentimentales. Elle doit avoir au moins deux faces distinctes ainsi que des détails visibles à sa surface.
  2. Asseyez-vous quelque part confortablement, avec une feuille de papier et un stylo à portée de main. Respirez plusieurs fois profondément et détendez-vous, environ 15 % de plus que ce que vous êtes actuellement.
  3. Pensez à une question à laquelle vous voulez une réponse. Écrivez-la en haut de la feuille de papier.
  4. Prenez la roche et commencez à en examiner une face. Prêtez attention à tout ce que vous pouvez voir ou sentir au sujet de la roche, les crevasses, la texture, les détails, la couleur, la taille et la forme. Mettez par écrit tout ce que vous remarquez, ainsi que toutes les associations qui vous viennent à l'esprit quand vous regardez et touchez la roche.
  5. Quand vous avez terminé, faites une pause de quelques secondes. Maintenant lisez à haute voix ce que vous avez écrit. Demandez-vous tout de suite : "En quoi ceci est-il une réponse à ma question ?"
  6. Maintenant retournez la roche et regardez une nouvelle face. Répétez l'étape 4. Notez tout ce que vous pouvez sur les crevasses, la texture, les détails, la couleur, la taille et la forme de la roche. Mettez par écrit tout ce que vous remarquez, ainsi que toutes les associations qui vous viennent quand vous regardez et touchez la roche.
  7. Quand vous avez terminé, faites une pause de quelques secondes. Maintenant lisez à haute voix ce que vous avez écrit. Demandez-vous tout de suite : "En quoi ceci est-il une réponse à ma question ?"
  8. Faites une pause de quelques instants. Maintenant lisez à haute voix tout ce que vous avez écrit, ce que vous avez observé sur les deux faces de la roche, et demandez-vous : "En quoi toutes ces choses prises ensemble sont-elles une réponse à ma question ?"

Cet exercice, qui fonctionne beaucoup comme le test des taches d'encre de Rorschach, stimule et focalise des associations inconscientes. Les gens sont souvent surpris par les liens qu'ils font. J'ai utilisé cette technique avec des cadres d'entreprise à l'esprit conformiste qui n'étaient pas habitués à l'introspection, et encore moins à la lecture de roches. Le fait que la technique soit si étrange et lointaine l'avantage en fait ; c'est plus difficile d'y résister plutôt qu'à quelque chose de seulement légèrement bizarre et anormal. La lecture de roches présente aussi un côté pratique : on peut aussi bien poser des questions à propos de décisions concernant les affaires, à propos de situations réalistes que trouver des idées créatives pour résoudre des problèmes, se confronter à des défis ou gagner de l'argent. On peut littéralement tirer profit du fait d'être en contact avec son inconscient.

Apprendre à perdre

Dans le quartier d'une ville où j'ai autrefois vécu, il y avait une maison de thé japonaise où on pouvait prendre le thé et déjeuner. Un jour en me promenant je vis qu'elle avait fermé. Sur la porte, il y avait cet avis :

"Cette maison de thé est fermée. Nous avons établi Tasshi [un mot tibétain qui veut dire joie et ambition vraie] ici en juin. Cela s'est passé pendant la saison des fleurs de glycine. La boutique est maintenant partie pour toujours, mais son esprit est encore vivant quelque part. Nous vous remercions de votre soutien." Il y avait un poème calligraphié qui était scotché à l'avis :

D'où vient ce vent ?
Poussière dans ma main —
Parti si tôt comme le nuage de printemps
La montagne appelle Tasshi
Pas de mouvement.
Nous sommes emportés.

Ceci était la description la plus élégante que je n'ai jamais vue d'une faillite commerciale. Cela n'excusait pas, ne rationalisait pas, ne personnalisait pas ce qui était arrivé. Le propriétaire avait simplement accepté le fait que sa tentative pour faire de la maison de thé un succès avait échoué et il s'inclinait plein de grâce devant ce fait. Il existe un proverbe Inuit qui rend compte de la même attitude : "Gagner une course de chiens de traîneau est merveilleux ; la perdre, c'est très bien aussi."

Dans la transe de leur style, les 3 prennent leurs victoires, leurs réussites et leurs échecs de façon bien plus personnelle que les autres styles de l'Ennéagramme. Un 3 se rappelait comment il jouait au Scrabble, un jeu basé sur l'étendue du vocabulaire, avec ses petits enfants. Il jouait avec une intensité pleine de compétitivité, se sentant triomphant alors qu'il battait de petits enfants à un jeu d'adulte.

En grandissant et en changeant, les 3 commencent souvent à lutter contre leur désir compulsif de gagner. Ceux qui y parviennent rapportent qu'ils ont plus de choix ; ils sont capables de sélectionner leurs combats et se sentent généralement moins stressés. Ironiquement, ils disent réussir mieux avec moins d'effort. "J'ai appris que quand c'est l'ego qui conduit mon travail, explique un 3, cela m'isole. Quand je l'aborde dans un esprit de service, je suis beaucoup plus heureux et j'ai plus de réussite."

Exercice : choisissez une situation dans laquelle vous êtes normalement poussé de façon compulsive à vouloir gagner et qui, si vous n'y arrivez pas, n'aura aucune conséquence réelle. On pourrait trouver : les sports que vous pratiquez pour vous amuser, les cartes, les jeux de plateau ou d'ordinateur auxquels vous jouez avec des amis ou d'autres petits échanges compétitifs ou des situations de concurrence mineure que vous rencontrez dans votre vie privée ou au travail.

Le défi de cet exercice est de briser votre désir compulsif de gagner, de laisser tomber la partie et de perdre délibérément. Vous devez faire cela bien, d'une façon telle que la personne en face croit vraiment qu'elle a gagné. Si vous lui montrez que vous la laissez gagner, c'est de la tricherie et une autre forme de compétition. Quand vous faites cet exercice pour la première fois, il arrive que vous ayez envie de partir ou vous pouvez sentir monter en vous l'anxiété, la honte ou d'autres sentiments.

Cet exercice est conçu pour vous emmener au-delà de l'ombre de l'échec et susciter en vous des sentiments que vous cherchez habituellement à éviter. Il n'est réussi que lorsque vous avez trouvé une façon de vous sentir authentiquement heureux de la victoire d'une autre personne. Il se peut que vous deviez essayer un certain nombre de fois avant d'y parvenir avec succès.

Trouver un équilibre

J'ai lu un jour dans un magazine le portrait d'un entrepreneur du Texas qui avait construit son affaire à partir de rien et s'en sortait phénoménalement bien. Plus loin dans l'article, après que l'auteur ait détaillé les talents de l'homme et ses triomphes successifs, on trouvait en passant ce paragraphe : "Bien sûr, Bob a peu de temps pour voir ses trois enfants (âgés de six, huit et onze ans) à cause de ses soixante-dix heures de travail hebdomadaire. Mais il dit que les projections de croissance pour l'année prochaine sont de 400 % et ceci pourrait éventuellement lui permettre d'en faire moins." L'article continuait avec désinvolture à décrire quelqu'un d'emporté par un travail qui l'excluait de sa vie personnelle, détaillant à la fois une affaire admirable et la formation d'un désastre spirituel.

Souvent les amis bien intentionnés de 3 bourreaux de travail les implorent d'arrêter leur activité forcenée et de prendre du repos. Cependant, l'inactivité pure et simple n'est pas vraiment bonne pour les 3, dont le style est si tourné vers l'activité que si un 3 va à l'autre extrême, il peut se sentir comme paralysé. Si vous reconnaissez surtout que vous existez à travers vos activités, alors d'un seul coup ne rien faire c'est comme être mort.

Au lieu de cela, c'est souvent utile pour les 3 de trouver un moyen terme entre l'hyperactivité et l'inaction, en passant d'un travail incessant à une vie plus complète. En grandissant et en changeant, les 3 réorganisent souvent leur vie pour y inclure l'activité et néanmoins tenir compte de nouvelles dimensions personnelles. Un 3 a décrit joliment cette progression : "Peu importe ce que j'accomplissais, quelque chose semblait toujours terriblement inachevé. Je me disais que dès que j'aurai escaladé cette nouvelle montagne, j'aurai vraiment fini. Mais ce n'était jamais le cas. À la fin, je n'en pouvais plus. Alors, j'ai arrêté. Maintenant, au lieu de me démultiplier, j'aménage mon emploi du temps pour avoir un peu de temps pour pouvoir faire ce dont j'ai envie, marcher, jardiner, aller au cinéma ou être avec des amis. L'ironie de la chose c'est que j'en fais autant qu'auparavant."

Dans sa série audio, Métaphores de l'identité, l'auteur et thérapeute Charles Faulkner présente une technique pour découvrir et travailler avec les métaphores qui conduisent de façon inconsciente à un comportement problématique. Sa thèse, basée sur les travaux de George Lakoff et Mark Johnson, auteurs du livre Les métaphores qui nous font vivre, est que le comportement compulsif est soutenu, sinon provoqué, par des métaphores inconscientes, des histoires que nous nous sentons obligés de vivre.

Faulkner, en travaillant avec une personne, probablement un 3, l'a aidé à découvrir la métaphore conduisant son hyperactivité. "Conduire" est le mot juste car l'homme voyait sa vie comme une course autour d'une piste et se voyait lui-même comme une voiture de course hautement performante. Faulkner "est entré" dans la métaphore du client et l'a aidé à la développer. De façon explicite, il l'a aidé à réécrire les règles de sa course intérieure afin de pouvoir prendre des temps morts sans pénalité. L'homme pouvait ainsi s'en aller rejoindre sa famille, apprécier la vie, et reprendre la course à l'endroit et au moment où il l'avait laissée.

Les 3 sont particulièrement enclins à la classique "crise de la cinquantaine", un épisode dépressif résultant de la différence entre leurs attentes à propos de la vie et les résultats qu'ils ont obtenus. Si vous avez fait tout ce que vous deviez, que vous avez été largement récompensé par la société, et que ça ne vous comble toujours pas, alors une période de vide dépressif peut parfois survenir.

Cela conduit souvent les 3 à une recherche consciente de nouvelles valeurs. Comme un 3 le dit : "Je pense que cela a été une coïncidence de reconnaître que j'étais mortel en dépassant la cinquantaine. Cela combiné avec le fait d'atteindre l'objectif de toute une vie, réussir financièrement. J'avais ce que j'avais recherché pendant toute ma vie, et j'ai dit : 'Et alors ? Ceci ne me rend pas heureux. Où est-ce que c'est ? Où est-ce qu'il y a quelque chose qui a de la valeur ici ?' J'ai commencé à rechercher de quoi il s'agissait et à me demander ce que j'allais faire du reste de ma vie." Certains 3 commencent cette recherche en lisant un livre ; un livre comme La route la moins fréquentée de M. Scott Peck, par exemple, soulève des questions pertinentes sur les valeurs tout en étant accessible et facile à lire. D'autres 3 demandent des conseils à leurs amis ou cherchent des appuis à l'intérieur de leur église ou de leur communauté.

D'autres 3 encore trouvent un nouveau sens à la vie en se concentrant sur leur vie de famille. Un 3 explique comment ses priorités ont changé quand il a eu des enfants : "Quand mon premier fil est né, je me suis senti devenir un homme. J'atteignais un nouveau niveau de maturité. Maintenant j'étais responsable de cet enfant. Pas demain ou le jour d'après mais à chaque instant de la journée. Je ne pouvais plus penser de façon égoïste. Mon engagement envers ma famille continue à entraîner des sacrifices. Mais, cela a toujours été bon pour moi. Cela équilibre ma vie alors qu'elle pourrait facilement être déséquilibrée. Ils ne me connaissent que comme papa. Ils ne se soucient pas de mes succès. Je suis un père et un mari. Ma famille ne m'autorisera jamais à être quoi que ce soit d'autre, et cela me convient."

Un autre 3 parle de ce que le mariage lui a appris : "Si j'ai eu une révélation ces dernières années, c'est que je dois me concentrer sur mes relations comme je me concentre sur n'importe quoi d'autre. C'est si simple, mais ça m'a pris une éternité pour arriver à comprendre : vous ne pouvez pas travailler 14 heures par jour, rentrer à la maison le week-end épuisé et penser que tout va être merveilleux. Vous devez en parler, y travailler. Maintenant ma femme et moi on fait ça tout le temps."

Un autre 3 ajoute : "Je pense que je suis juste devenu plus moi-même, ce qui est mieux que tout ce qu'on peut imaginer. C'est ça le but. Être authentiquement soi-même signifie n'avoir réellement aucune inquiétude sur ce que les autres pensent, ou ne pas vivre sa vie et baser son comportement sur les attentes des autres."

Exercices

  • Demandez à plusieurs personnes de votre entourage proche si elles vous aimeraient toujours si vous quittiez votre emploi. Si elles répondent "oui", demandez-leur pourquoi. Qu'est ce qu'il y a à aimer en vous en dehors de votre travail, votre situation ou de ce que vous produisez ?
  • Cherchez une habitude liée à votre état de 3 dont vous pouvez interrompre la pratique sans conséquence dommageable. Un 3 qui se décrivait lui-même comme "accro à l'information et aux nouvelles" commença des "jeûnes d'information". De temps en temps, il s'arrêtait de regarder ou d'écouter les nouvelles pendant une journée et petit à petit, il fut capable de s'entraîner jusqu'à une semaine.
  • Souvent, les 3 passent progressivement du rôle d'élève à celui de professeur, de celui d'athlète à celui d'entraîneur, de la maîtrise de compétences à l'enseignement de celles-ci. Comme un 3 le fait remarquer : "On entend si souvent que l'enseignement est la seule façon d'apprendre. Une partie de mon travail consiste à enseigner le développement personnel. J'aimerais aider d'autres personnes à éviter la souffrance inutile que j'ai endurée dans ma vie."
    Si vous êtes un 3 et que vous vous demandiez à vous-même de l'aide afin de vivre de façon plus équilibrée, quels sont les conseils que vous vous donneriez ? Comment vous entraîneriez-vous, ou vous conseilleriez-vous pour atteindre cet objectif ? Qu'est-ce qui vous aiderait à voir et à sentir ? Que vous enseigneriez-vous sur l'amour de soi ? Sur le développement de votre vie intérieure et de vos sentiments ? Sur le fait d'avoir une vie plus complète ?

__________

Tom Condon a enseigné lors de plus de 600 séminaires aux États-Unis, en Europe et en Asie. Directeur de Changeworks à Bend dans l'Oregon, il a été membre adjoint de l'Université d'Antioche et de l'Université de Californie à Berkeley. Il est l'auteur de plus de 50 programmes sur cassettes, vidéos et livres, dont The Dynamic Enneagram en DVD et CD. Tom propose des séminaires et consultations spécialisés pour les entreprises et les organisations aux États-Unis et en Europe. Pour toute information concernant ses séminaires ou un catalogue des produits de Dynamic Enneagram, envoyez un email changewk@yahoo.com ou téléphonez au 541-382-1894. – http://www.thechangeworks.com